Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Le "Bel" au Bois Dormant...

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Gabriel - 38 ans - Belgique - créé le 23/01/2010 à 12h24
Gabriel
Hors ligne

Personnages :

Le Prince : jeune, beau et plein de fougue. Il s'appelle Rom.

Le Rouet : un accident de voiture

Le maléfice : persuader le monde entier qu'un tel sommeil équivaut à la mort

La Reine-mère.

La Princesse : jeune médecin en blouse blanche.

Il était une fois....

C'est de son âge de sortir avec ses copains. Il a 23 ans ! Toute la vie devant lui. Comme toutes les semaines, Rom quitte sa famille, embrasse sa mère qui lui crie comme chaque fois : « Sois prudent ! Ne rentre pas trop tard et surtout ne bois pas ! » Ces recommandations, les mamans savent bien combien elles sont plus fortes qu'elles !

C'était donc, il y a 23 ans...et Rom ne revint pas. Un coup de téléphone dans le matin glacial réveilla sa famille. Rom se trouvait dans un coma profond à l'hôpital, en soins intensifs, à la suite d'un accident de voiture.

Tous les moyens sont mis en oeuvre pour le récupérer. Mais après plusieurs mois, et malgré le combat de son entourage, certains médecins n'y croient plus. Leur diagnostic est implacable : paralysé, c'est un légume dont il est impossible d'espérer un progrès quelconque.

Et lui, immobile, paralysé dans ce corps qui semble ne plus lui obéir, entend tout. Il entend sa mère qui se bat pour lui, qui, envers et contre tous, croit en lui, le prend dans ses bras, l'embrasse. Comme il y tient à ces moments qui le rattachent au fil de la vie. D'autres, par contre le considèrent comme perdu, végétal, inutile. D'ailleurs ils ne s'adressent pas à lui, mais parlent de lui en « il ». « Il » ne bouge ni ne réagit. « Il » respire mais ne s'alimente pas. Même les examens de l'activité cérébrale montrent qu' « il » ne s'en remettra pas. « Il » « il « il »...

Et lui, Rom, voudrait crier : « Je » « Je « « Je » : Je suis là, je t'entends, je veux vivre ! » Mais prisonnier de son corps, il ne peut s'exprimer.

Parmi ces blouses blanches, il y a toutefois un personnage, qui semble différent des autres grands manitous : il s'appelle Steve et exerce à Liège. Son truc, c'est de travailler sur les cas de coma, de conscience minimale, et toutes ces perceptions du cerveau.

Il s'est beaucoup intéressé à tous ces êtres de par le monde, prisonniers du silence, enfermés dans leur corps. Vous souvenez-vous de Terri Schiavo, que son mari en attente de remariage a finalement privée d'alimentation et d'hydratation ?

Rom dans sa prison, perçoit l'enjeu. Un combat qui se passe en dehors de lui, dont il est lui-même la proie non-consentante. Il sait que plusieurs suggèrent ce débranchement alimentaire. Combien sont-ils de par le monde, ceux qui, comme lui sont enfermés en eux-mêmes ? Livrés aux mains d'une équipe, jour et nuit, nuit et jour, depuis tellement longtemps. Pour lui, cela fait 23 ans.

Et puis, soudain, telle une fenêtre qui s'ouvre, un baiser de liberté, un baiser de vie, voici qu'une machine, apportée par Steve, révèle qu' « il », lui, Rom, comprendrait ce que les autres, en dehors de lui, disent !

...

Gabriel - 38 ans - Belgique - posté le 23/01/2010 à 12h25
Gabriel
Hors ligne

Steve s'efforce de l'amener à la communication : la science et la technique se conjuguent avec la patience des membres de l'équipe, qui peu à peu font comprendre à Rom ce qu'on attend de lui. C'est important, c'est vital. Il s'accroche. Il faut qu'il se rassemble en toutes ses forces et abatte le mur de la non-communication dans lequel il vit reclus depuis 23 ans. Finalement la science s'alliant à sa volonté, voilà que le lien s'opère : sa maman accourt, la presse se déchaîne, le scoop éclate de par le monde ! Cela vaut donc la peine de prendre soin de ceux qui semble ne plus s'appartenir, de ceux qui sont abandonnés entre nos mains pour que nous en prenions soin ?

Maléfice et les lobbies pro-euthanasie, eux aussi réapparaissent : « Comment peut-on encore souhaiter vivre dans une situation pareille ? Paralysé, ne communiquant que par un ordinateur, un doigt ? « Il » a droit à demander l'euthanasie ! Car quelle qualité de vie peut-il encore espérer ? »

« Au diable, Maléfice ! Au diable les partisans de l'euthanasie. Moi, Rom, je vais leur dire ma volonté de vivre, d'aimer et d'être aimé. Car c'est sur cette soif d'être aimé et d'aimer comme je suis aujourd'hui que se fonde ma dignité d'homme vivant ! Et c'est ainsi que je veux par un livre, oui un vrai livre, dire à tous que, moi Rom Houben, 46 ans, je veux vivre ! »

La fin de l'histoire, telle qu'on la raconte aux enfants se termine souvent par « Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants ! »

Pour Rom, il y aura aussi de nombreux fruits. D'autres personnes vont grâce à Steve Laureys et son équipe, enfin pouvoir eux-aussi communiquer et redécouvrir la communication avec leurs proches. Il y aura sans doute un + surcroît ? + de vie pour un + + d'amour. A bientôt Rom !

Source : Institut européen de bioéthique