Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Prise en charge des patients, et communication avec la famille

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Membre inconnu - créé le 26/08/2008 à 04h46
Désinscrit

Je voudrais rebondir ici sur les propos de Patou, car on s'éloigne du sujet sur le mensonge et je pense qu'en parler ne peut que faire du bien.

J'ai été choquée du manque de communication entre la famille et le médecin. Parler est le rôle premier d'un médecin dans l'aide aux familles. J'ai vécu le même problème avec mon grand-père mais nous avons eu la chance de pouvoir le garder avec nous jusqu'aux deux derniers jours, grâce à une équipe mobile de soignants, et à l'entraide familiale.

Pour les autorisations de sortie, si on ne peut pas les accorder pour raison médicale on explique pourquoi, on ne dit pas "non" brutalement. Si ce n'est pas possible, on propose à la famille de rester la nuit. Deux personnes en général peuvent ainsi dormir dans la chambre.

Sorb a raison pour sortir du service la seule solution est de signer une décharge.

Je voudrais aussi dire que les unités de soins palliatifs font un travail admirable. Dans les faits on peut les assimiler à des "mouroirs", mais ce qu'ils font est dur et éprouvant - pourtant ils sont d'une humanité hors du commun.

Mon service travaille avec eux et le passage du service de chirurgie à leur service s'est toujours fait dans la douceur. Un patient n'est transféré que quand lui et sa famille sont prêts.

Maintenant il y a aussi la solution de faire appel à l'unité mobile de soins palliatifs, et là il existe une vraie coopération entre la famille et le service de soins.

Chaque solution s'adapte au schéma familial et à l'autonomie du patient.

Dans le cas de Patou, ce qui ressort c'est le manque de communication et de compréhension.

Marie63 - 57 ans - France métropolitaine - posté le 26/08/2008 à 10h36
Marie63
Hors ligne

Bonjour Atanaïs,

J'ai perdu ma soeur d'un cancer du sein qui s'est généralisé. Elle est décédée à l'hôpital. Sa souffrance était telle qu'elle était sous morphine. Son mari et maman ont pu rester auprès d'elle jusqu'à la fin et les infirmières accompagnantes ont étaient très présentes et ont beaucoup soutenu la famille. Je pense que cela a été très important cet encadrement car devant la maladie et la mort, nous sommes tous impuissants. C'était à l'Hôpital de Pontoise dans le 95.

Jacky - 81 ans - Portugal - posté le 26/08/2008 à 10h59
Jacky
Hors ligne

Effectivement Atanais, c'est ce que j'écrivais dans le sujet "mensonge" pour le cas du père de Patou : il y a eu, je suppose, incompréhension complète. Je ne peux pas m'imaginer que le médecin aurait fait une erreur de diagnostic et je ne peux pas m'imaginer non plus des mesures tellement inhumaines dans un milieu hospitalier français. Toutefois, nous devons écouter une nouvelle fois Patou s'exprimer.Peut-être aurait-il fallu que la famille signe une décharge et qu'ils n'ont pas voulu le faire ! Mais il est normal que l'hôpital, dans un cas semblable, veuille être libéré de toute responsabilité.

Solb - 68 ans - Canada - posté le 28/08/2008 à 21h16
Solb
Hors ligne

Bien maheureusement ce sont des choses qui arrivent Jacky

Jacky - 81 ans - Portugal - posté le 29/08/2008 à 20h41
Jacky
Hors ligne

Malheureusement, Patou ne vient pas répondre pour contester ou confirmer ....

Quant à moi, je suis convaincue qu'il s'agit ici d'un regrettable malentendu.

Membre inconnu - posté le 30/08/2008 à 06h00
Désinscrit

Pas si sûre.

Certains médecins ne savent pas parler aux malades. C'est une réalité.

Leur rôle premier est de soigner. Quand ils ne peuvent plus soigner ils se sentent désarmés, et parfois manquent de diplomatie.

DOCTORANT87 - 41 ans - France métropolitaine - posté le 31/12/2008 à 00h23
DOCTORANT87
Hors ligne

Bonsoir, je voudrais juste apporter une petite précision :

C'est vrai que certains médecins peuvent manquer de diplomatie, mais je pense que tout le monde a conscience qu'annoncer une mauvaise nouvelle est loin d'être facile, et nécessite beaucoup de tact (certains ont ce tact naturellement, d'autres pas).

Il n'a été instauré que très récemment des cours sur la relation médecin-patient en faculté, ce qui n'était pas le cas il y a quelques années. Et de plus en plus de formations continues ont pour sujet ce thème.

Je pense et je souhaite que de plus en plus le monde médical soit en mesure de mieux communiquer.

Ne perdons pas de vue que pour un personnel médical, perdre un patient est et restera toujours un échec, et personne n'est vraiment aguerri face à ça.

Bonne soirée à tous.

Membre inconnu - posté le 31/12/2008 à 01h21
Désinscrit

C'est vrai qu'on voit une évolution avec les internes arrivant dans les services. Ils sont plus à l'aise pour discuter avec les patients et mettent des mots simples pour expliquer ce qui arrive. C'est très important car combien de fois on doit réexpliquer des mots incompris.

PatLeMans - 39 ans - France métropolitaine - posté le 31/12/2008 à 02h30
PatLeMans
Hors ligne

D'autant plus qu'en medecine, 90% des mots sont incompris.

C'est vrai aussi que cela ne doit pas etre facile d'annoncer une mauvaise nouvelle a un proche d'un malade, encore plus si il s'agit d'annonce un deces mais, la communication n'est pas donnee a tout le monde.

Membre inconnu - posté le 31/12/2008 à 16h50
Désinscrit

Salut

Je crois que dans le monde médical la moindre des choses c'est d'intégrer dans le cursus de formation quelques notions de psychologie clinique et insister surtout sur la notion de la relation thérapeutique. Informer une famille d'un patient qui est gravement malade nécessité un doigté et une grande diplomatie et seul la compétence clinique sur le plan relationnel peut remédier à ce problème de communication. Il n'y qu'à voir l'expérience des médecins anglais dans ce domaine à propos de la Tavistock Clinique qui préconisent une solide formation psychologique pour leurs médecins.

Amicalement votre

Abdel