Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

L'amour pour un seul être se fait au détriment de tous les autres

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Terence - 42 ans - France métropolitaine - créé le 29/10/2008 à 08h49
Terence
Hors ligne

(A défaut d'un salon plus spécifiquement dédié à la morale et à l'éthique personnelle, je place ce sujet ici...)

Voilà. "L'amour pour un seul être se fait au détriment de tous les autres." Vous connaissez peut-être cette phrase. Elle est celle d'un moraliste célèbre dont je ne précise volontairement pas le nom, pour éviter d'en restreindre le sens en fonction de l'oeuvre du sus(non)dit moraliste.

Que vous inspire cette phrase ?

Je pense qu'il serait intéressant d'exprimer d'une part ce qu'elle vous inspire d'emblée, comme ça, instinctivement.

Puis de réfléchir à sa substance, et d'exprimer quelles réflexions elle engendre...

Alors, qu'en pensez-vous ?

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Membre inconnu - posté le 29/10/2008 à 13h35
Désinscrit

Je dois avouer que de prime abord cette phrase ne me plait pas trop. Je pense que l'on peut aimer plusieurs personnes d'un même amour dans notre vie. Après il y a des degrés dans l'affection que l'on va ressentir pour les gens qui vont nous cotoyer jusqu'à notre mort. L'exclusivité amoureuse n'a rien de bon car elle nous enferme dans un cercle infernal. De ce genre de sentiments nait la jalousie, le besoin d'exclusivité, la dépendance.

En cas de décès de l'autre, que devient-on?

Je préfè-re dire que l'amour se vit. Chaque personne aime différemment de son voisin. L'amour est par essence déraisonnable de toute façon. On ne peut controler ses sentiments. "Si l'amour coincidait avec la raison il se supprimerait comme passion et deviendrait possession".

Metatron - 31 ans - France métropolitaine - posté le 26/11/2008 à 16h07
Metatron
Hors ligne

Instinct dit : Absolument vrai !! Damned j'y aurais jamais pensé.

Réfléchis ( fait presque 1 mois que je réfléchis ) :

Proust a dit : Quand on aime, on n'aime plus personne.

Ce n'est pas faux, je continue à le croire même si elle semble "méchante". Aimer est un acte unique, il va certes vers plusieurs personnes mais le point du moraliste n'est pas là. Ce n'est pas ce qu'il dit.

Il parle de l'impact de l'amour sur les autres. Il est vrai qu'aimer quelqu'un est exclusif : si quelqu'un d'autre nous aime, on ne peut aimer cette personne en retour autant qu'on aime la première. A moins de se faire un trip à 3 ( pourquoi pas !? )

Prenons un exemple typique : l'arrivé d'un enfant dans un couple. Quel est le phénomène qu'on voit le + ?

Le père se sentant exclu, devient parfois jaloux du nouveau venu parce que la mère y porte plus d'attention et plus d'amour. Alors que cet amour est différent nous sommes d'accord et pourtant... cet amour se fait au détriment du père !

L'inverse existe : père-enfant. Combien de mère se sentent-elles exclus lorsque leur enfant ( fille ou garçon ) rigole avec leur père d'une franche camaraderie, de bêtise, de complicité, donc d'un amour qu'elles n'ont pas avec ce même enfant ?

Well, là est toute la phrase, à mon sens.

Elle n'est que vérité et pose donc la question : comment aimons-nous ceux qui nous entoure, comment nous aiment-ils ? Y accordons-nous l'attention, l'affection que nous devons ?

( et c'est là que mon prof de philo note : développez + vos points mademoiselle !!! )

Metatron