Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Poemes de chez nous

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Salim_abder - 38 ans - Algérie - créé le 22/02/2008 à 14h47
Salim_abder
Hors ligne

Enfin, j'ai brulé tout tes poémes

De satisfaction, j'ai versé quelque larmes

Je me suis debarassé de tout tes probléms

De tout tes mots doux, de tout tes je t'aime

Satisfaite de vivre sans mensonges

Tu était deguisé en un saint ange

Mais en vrai tu es un coeur en boits

Qui ne ressens ni bonheur, ni joix

Mort, insensibleet surtout froid

Tu faisai du n'importe quoi

J'était aveugle mais j'ai fait mon choix

D'être et de rester loin de toi

J'ai pardonné tes erreurs plus qu'une fois

Je t'ai donné plus qu'une chance

Maintenant, chacun garde ces distance

Avec une tranquille consience

Se n'est pas de la science

Mais une perte de confience

Aprés plein d'espérence

Loin de toi j'ai retrouvé le bonheur

Un volcan de chaleur

Qui debord de tendresse et de douceur

Autre poème :

Et ce serait de vivre à tes genoux.

Parmi les éclats

De tes jeunes rires,

L'on entend siffler

L'oiseau des savanes,

Avec le murmure ailé du zéphyr

Et le chant plaintif des peuples d'amour...

Toi, mignonne aux yeux

Plus noirs que mon âme,

Fais ma place dans ta couche douillette,

Je te chanterai des refrains de feu!...

Au cœur de la rose on meurt de parfums,

Ma lèvre frissonne au vent des baisers...

Plus rouge que sang

Fais couler ta lèvre!

Femme obscure et dont l'œil égale la rancune,

Prends-moi, voici l'instant des mêlées furieuses.

Que se parent de sang nos chairs voluptueuses!

Regarde! Me voici plus pâle que la lune,

Agenouillé devant l'image de ton charme...

J'attends. Et mon cœur passe d'alarme en alarme.

C'est l'instant de mon malheur,

L'heure

Où Décembre, en sa pâleur,

Pleure.

Mais, quoique toute clameur

Se meure,

En moi ton rire charmeur

Demeure

Membre inconnu - posté le 22/02/2008 à 20h16
Désinscrit

Très beau poème. Par contre ce serait bien de placer tous tes poèmes dans un seul sujet et non de créer un sujet par poème.

Mirabelle - 34 ans - France métropolitaine - posté le 25/02/2008 à 10h34
Mirabelle
Hors ligne

J'ai mis un poème dont j'ignore l'auteur mais que j'aime beaucoup(au passage, si quelqu'un peut lui rendre son auteur...)

« Les Pipeaux »

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,

Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,

Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

Comme le renouveau mettra nos cœurs en fête,

Nous croirons encor de jeunes amoureux ;

Et je te sourirai tout en branlant la tête,

Et nous ferons un couple adorable de vieux.

Nous nous regarderons, assis sous notre treille,

Avec de petits yeux attendris et brillants,

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,

Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.

Nous aurons une joie attendrie et très douce,

La phrase finissant souvent par un baiser.

Combien de fois jadis j'ai pu dire : "Je t'aime !"

Alors avec grand soin nous le recompterons :

Nous nous ressouviendrons de mille choses, même

De petits riens exquis dont nous radoterons.

Un rayon descendra, d'une caresse douce,

Parmi nos cheveux blancs, tout rose se poser,

Quand sur notre vieux banc, tout verdâtre de mousse,

Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.

Et comme chaque jour je t'aime davantage,

Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain,

Qu'importeront alors les rides du visage ?

Mon amour se fera plus grave et plus serein.

Songe que tous les jours des souvenirs s'entassent ;

Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens :

Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent

Et sans cesse entre nous tissent d'autres liens.

C'est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l'âge,

Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,

Car vois-tu, chaque jour je t'aime davantage,

Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain...

Finou - 38 ans - France métropolitaine - posté le 25/02/2008 à 15h11
Finou
Hors ligne

C'est Rosemond Gérard.

Finou

Finou

Mirabelle - 34 ans - France métropolitaine - posté le 25/02/2008 à 19h58
Mirabelle
Hors ligne