Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

La musique à l'école : honte à la France

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Terence - 42 ans - France métropolitaine - créé le 25/11/2008 à 20h25
Terence
Hors ligne

Bonjour les gens ! /

Il y a en France un formidable élan des enfants vers la musique... mais l'éducation de cette discipline a quarante ans de retard ! C'est n'importe quoi.

Car comment est-elle enseignée ? En France, on nous bassine avec le sacro-saint solfège, ses ingrates dictées musicales et ses exercices rythmiques abrutissants. Le problème est simple : on oublie que la musique est un langage, et plus encore, une langue vivante.

Apprend-on à lire avant de parler ???

Bien sûr que non, et il importe de mettre les instruments à portée des tout-petits avant même le solfège. Ce qui est le cas dans presque tous les pays du monde. La France se distingue par une ignorance crasse de l'apprentissage musical, doublée de l'incapacité chronique chez les Français de faire des réformes de l'éducation dès qu'il s'agit de matières "marginales".

La musique, c'est pourtant un formidable éveil. La merveilleuse pianiste Hélène Grimaud, sans la musique, aurait continué de plonger dans ses névroses d'angoisses et ses pulsions suicidaires - ou tout au moins de scarification. La musique l'a sauvée.

Ce n'est qu'un exemple. Il est patent que la musique, peut-être plus encore que les autres arts, éveille la créativité de l'enfant et lui offre un univers qui lui permettra de faire s'épanouir ses rêves.

Pour revenir à l'enseignement donné en France, juste un chiffre : la musique à l'école, c'est un rapport de 3 heures de théorie contre une demi-heure d'instrument ! Une aberrance, et une exception française.

(Pire, au Conservatoire, en 1ère année, une apprentie violoniste sera interdite de violon ! Ce sera solfège, et encore solfège. Le violon, c'est l'année prochaine, ma chérie. Bravo. A vous dégoûter de la musique !)

Trop de théorie (solfège), pas assez de pratique.

Dans le public, donc, une demi-heure d'instrument par semaine, pas plus, quand les Russes, par ex., pratiquent 3 à 4 heures. Au bout du compte, les musiciens les meilleurs sont formés à l'étranger (Etats-Unis et Japon en tête)... sans avoir jamais fait une dictée musicale de leur vie.

Moi, je suis un privilégié, lol. J'avais trois heures de cours particuliers de piano par semaine... un sacrifice que peu de parents peuvent se permettre.

La musique à l'école... et vous, quelle en est votre expérience ?

Terence / /

PS : A lire : "L'apprentissage de la musique, guide à l'usage des parents", de Dominique Vuillemin (Ed. du Seuil, 1998).

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)