Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Le procès du père incestueux Josef Fritzl

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Membre inconnu - créé le 16/03/2009 à 09h21
Désinscrit

Trouver sur infos Orange

Le procès sans précédent du père incestueux autrichien Josef Fritzl, qui a reconnu avoir séquestré et violé pendant 24 ans sa fille dans sa cave, où sont nés sept enfants de l'inceste, s'ouvre lundi à 08H30 GMT devant la cour d'assises de Sankt-Pölten, à 60 km à l'ouest de Vienne.

Ce drame familial, qui s'est déroulé dans la bourgade d'Amstetten, non loin de Sankt-Pölten, a défrayé l'opinion internationale en avril lorsqu'il fut révélé à la suite de l'hospitalisation de l'aînée des enfants, une jeune fille de 19 ans qui n'avait jamais vu la lumière du jour, comme deux de ses frères.

Les équipes des chaînes de télévision du monde entier ont pris position autour de l'édifice où dans la salle 119 de la Cour d'assises trois juges et huit jurés vont tenir pendant cinq jours le procès du "monstre d'Amstetten", comme l'appelle la presse populaire. Le verdict est en principe attendu pour le 20 mars.

Seul l'accusé, Josef Fritzl, 73 ans, se rendra dans la salle du tribunal, à quelques couloirs de sa cellule où il est maintenu en détention provisoire depuis le 27 avril dernier. L'essentiel des audiences se tiendront à huis-clos comme c'est la règle pour les procès de délits sexuels afin de protéger l'identité des victimes dont plusieurs sont mineures.

Les onze heures de témoignage de la principale victime, Elisabeth, 42 ans, sa fille, enregistrée sur vidéo, seront diffusées par étapes à la Cour à l'abri des médias.

Josef Fritzl était passé aux aveux complets au lendemain de son arrestation. Il est accusé de meurtre, passible de la prison à vie, esclavage, viols, séquestration, menaces aggravées et inceste, mais récuse la responsabilité dans la mort de l'un des sept enfants de l'inceste, un nourrisson décédé quelques heures après sa naissance en 1996 dans le cachot, faute de soins.

Il avait cependant avoué avoir brûlé le petit corps dans une chaudière de l'immeuble.

Le cumul des peines n'est pas prévu par le Code pénal autrichien qui ne retient que la peine la plus lourde.

Les victimes, Elisabeth et ses six enfants, désireux de se protéger des paparazzi, ont à nouveau trouvé refuge dans la clinique psychiatrique d'Amstetten qu'ils avaient quittée fin 2008.

Domi - 56 ans - France métropolitaine - posté le 16/03/2009 à 10h11
Domi
Hors ligne

Il était vraiment temps que cet homme, si l'on peut le définir ainsi, soit jugé et que son procès commence.

Je ne peux comprendre qu'un être humain puisse accomplir de tels actes et ce que je souhaite c'est que la peine soit exemplaire et sans appel et surtout que cet homme ne retrouvera jamais la liberté.

La prison à vie est une peine bien douce, celà n'engage que moi bien sur, par rapport à tous les sévices, les horreurs qu'il a fait pendant toutes ces années vous ne croyez pas ????

Jacky - 80 ans - Portugal - posté le 16/03/2009 à 10h36
Jacky
Hors ligne

J'ai la ferme conviction qu'on réussira à lui trouver bien des circonstances atténuantes et qu'il sera jugé comme un être déséquilibré (qu'il est effectivement), la sentence sera donnée bien évidemment mais il finira probablement enfermé dans une station psychiatrique et non pas en prison. C'est ce que je pense. L'avenir nous dira.

Membre inconnu - posté le 16/03/2009 à 19h34
Désinscrit

On ne peut pas considérer cet individu comme un être humain. Bien sûr que durant son procès, son avocat (comment peut on accepter de défendre un monstre pareil, je sais pas), va lui trouver des circonstances atténuantes... Toujours les mêmes : enfance difficile, parents alcooliques, violents, incestes. Cela n'excuse pas pour autant. Les psychiatres vont peut être le considérer comme fragile, dépressif. En tous cas, pas comme une personne irresponsable de ses actes. Impossible. Donc il finira en taule et j'espère avec des monstres de son espèce ou alors, dans une cellule capitonnée, dans les mêmes conditions qu'à vécu sa fille. Par contre lui il serait intoàlérable qu'il échappe à la perpétuité sans possibilité de remise de peine.

Malheureusement, je ne sais pas si cet enfermement lui permettra de se rendre compte de l'enfer qu'il a fait vivre à sa propre fille.

Je ne connais pas le fonctionnement de la justice en Autriche mais j'espère qu'il prendra très cher.

Je ne suis pas pour la peine de mort mais pour ce monstre (et tous ceux accusés de pareils atrocités) elle devrait être encore applicable.

Une question me taraude : comment cela se fait il que sa femme ne se soit rendu compte de rien ?

Meltho - 48 ans - France métropolitaine - posté le 16/03/2009 à 21h09
Meltho
Hors ligne

La mort serait une peine trop douce car trop rapide. L’enfermer dans une pièce sans aération et sans lumière serait un bon moyen de lui montrer ce qu’il a fait subir à sa fille. Il faut lui laisser comme unique occupation de ses prochaines années que la capacité de réfléchir à ses actes et là, c’est sûr, la peine va être terrible pour lui ! Vu son âge, toute peine prononcée sera forcément la perpétuité, alors espérons qu’on ne l’aidera pas à se suicider. Je lui souhaite une très longue vie, enfermé entre 4 murs !

Jacky - 80 ans - Portugal - posté le 17/03/2009 à 12h22
Jacky
Hors ligne

Je suis entièrement d'accord avec toi Meltho. Le supplice de Saint Sébastien lui conviendrait parfaitement. Seulement la défense argumentera en fouillant dans son passé, qu'il n'est finalement pas entièrement responsable de ses actes. C'est toujours comme ça que de pareils procès se terminent. Il sera condamné à perpétuité, mais tout simplement interné dans un hôpital psychiatrique où il finira ses jours, somme toute bien tranquillement .... Ceci me révolte.

Jeloul - 65 ans - Algérie - posté le 17/03/2009 à 12h33
Jeloul
Hors ligne

Bonjour Luciole et bonjour à tous!

Quelle peine purgera Josef Fritzl? Va-t-on couper la tête à ce père incestueux ou optera-t-on pour son internement dans un asile psychiatrique? À mon sens, la question ne présente presque aucun intérêt. L’important est que l’homme soit arrêté et mis hors d’état de nuire encore davantage. Mais ce n’est pas tout! Il m’a semblé, Luciole, que vous avez touché du doigt une autre question aussi importante. C’est à propos de nous ! Oui, nous autres qui, fort heureusement, jamais nous ne pourrons ressembler en quoi que ce soit à Fritzl. Ne péchons-nous pas très souvent par notre manque d’attention à l’égard des autres ? Bien des drames se tissent des fois autour de nous et, parfois même, bien des signes en sont révélateurs. Mais, hélas ! Notre «absence» ne fait que rendre plus fatals ces faits tragiques. N’est-ce pas que notre manque de vigilance total frise quelquefois la complicité?

Jeloul.

Jacky - 80 ans - Portugal - posté le 17/03/2009 à 13h10
Jacky
Hors ligne

Bonjour Jeloul !

Lui couper la tête, certainement pas ! Comme tu dis, peu importe .... Il doit maintenant être retiré de la société et jusqu'à la fin de ses jours vivre interné. Il aura le temps de méditer.

Tu abordes aussi un problème un peu épineux : en effet, dès que nous remarquons des situations anormales autour de nous, notre devoir est d'alerter les services compétents en la matière. Ceci dit, on peut se tromper ..... Très souvent aussi, les personnes concernées se refusent à porter plainte (je pense tout spécialement à des violences entre conjoints). Les propres services concernés ne peuvent intervenir dans de pareils cas qu'avec de solides présomptions ou preuves, ce n'est pas si facile !

Très souvent, aujourd'hui, c'est "chacun pour soi et Dieu pour tous". On a aussi une certaine crainte à dénoncer certaines anomalies remarquées, peur de se tromper aussi. Dire que "ça frise la complicité" est peut-être un peu trop fort à mon avis.

Dans ce cas précis, je suis presque sûre que la femme était également dans le secret, comment pourrait-il en être autrement ? C'était sa propre fille !

Par contre, les voisins n'ont pas forcément remarqué quelque chose d'anormal ...

Membre inconnu - posté le 17/03/2009 à 15h45
Désinscrit

bonjour, comme vous j'ai suivi l'affaire sur ce "père" car moi je n'appelle pas cet homme un père !

Quel que soit la peine qu'il aura elle sera trop légère par rapport à ce qu'il a fait subir à sa fille et à ses enfants qui sont restés enfermés dans une cave !

ce n'est pas un être humain c'est un monstre

pour moi je lui mettrai la peine de mort, mais il mourrait trop vite

il lui faudrait une mort lente dans les mêmes conditions que sa fille au départ

mais bon en prison les violeurs ne sont pas aimés car il y a des pères de famille

ce qui veut dire que son cas sera vite réglé une fois en tôle

sauf si son avocat plaide la démence alors la la justice ne pourra pas jouer son rôle, peine qui sera trop douce pour cet homme, un internement puis ensuite il sera relaché car les psy décideront qu'il est guéri comme ça a été le cas pour plusieurs

bonnejournée à vous tous

Jeloul - 65 ans - Algérie - posté le 18/03/2009 à 11h58
Jeloul
Hors ligne

Bonjour Jacky !

Tout à fait d’accord avec vous! Le problème est, certes, assez épineux.

J’ai seulement le sentiment, Jacky, qu’en continuant à se préoccuper uniquement de soi et à laisser toujours à Dieu le soin de s’occuper des autres, on verrait certainement les choses s’empirer. Tandis qu’en se rapprochant des autres, en se mettant à leur écoute et en compatissant sincèrement à leur douleur, cela rendrait, à mon avis, la question moins épineuse.

Jeloul.