Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Pour info... la dernière blague belge

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Gabriel - 38 ans - Belgique - créé le 08/04/2009 à 09h47
Gabriel
Hors ligne

"La distribution de préservatifs n'est pas une solution pour lutter contre l'épidémie de sida, aurait déclaré le pape Benoît XVI, mais leur utilisation, au contraire, aggrave le problème."

Et dans le monde entier, les médias se déchaînent, les politiques s'excitent, le citoyen lambda avale tout sans se poser de question, et ce petit monde s'emballe et fait haro sur le baudet. Le Parlement belge pousse le ridicule à être le seul Etat du monde à protester officiellement contre « les propos irresponsables » du pape. (...)

Le ridicule ? Eh bien oui ! Car la déclaration par laquelle nous avons commencé notre histoire n'est pas du pape Benoît XVI... Ce que le pape a réellement dit ? « Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne pourra pas résoudre le fléau du sida par la seule distribution de préservatifs ; au contraire, le risque est d'augmenter le problème, (...) sans respect et sans un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre. »

Ainsi donc, le pape n'a jamais appelé les Africains à forniquer dans tous les coins, pourvu que, surtout, ils le fassent sans préservatif... Benoît XVI n'a même pas condamné l'utilisation du préservatif. Il rappelle seulement (aux catholiques) qu'au sein de l'Eglise, il y a quelques principes à suivre et que l'acte sexuel a pour cadre le mariage, dans le respect du couple (un propos précédemment développé par Jean-Paul II dans l'encyclique Humanae Vitae et qui, alors déjà, avait été déformé en « interdiction du préservatif »).

Plus simplement encore, le pape, sans nullement renoncer aux distributions de préservatifs, a expliqué que cela ne suffisait pas et a appelé les catholiques à ne pas négliger le respect du partenaire, dans l'acte sexuel, et la dimension spirituelle de l'homme ; une autre conception de la sexualité, qui doit participer à vaincre le sida.

Sont-ce là des « propos irresponsables » ? Rien de bien différent, en fait, des résultats de l'étude menée par l'Université Harvard, en Ouganda, le seul pays qui a vu son taux de contamination se réduire grâce au plan ABC : « abstinence, be faithfull (sois fidèle) and condom (préservatif) ». Faudra-t-il dès lors faire condamner la Belgique par l'ONU, pour avoir remis en cause un moyen efficace de lutte contre le sida ?

Le pape n'a pas fait cette déclaration devant des foules de fidèles, qui auraient pu mal interpréter ses propos, mais lors d'une interview, face à des journalistes, dans l'avion qui le menait du Cameroun vers l'Angola. Devant les foules, Benoît XVI a par contre insisté sur l'importance de combattre le sida, de « s'opposer à l'irresponsabilité sexuelle » et de « cesser de considérer les autres comme des objets à manipuler ».

On l'aura compris : la dernière blague belge du Parlement fera encore bien rire toute l'Europe. Ferait... si elle ne participait, malheureusement, indirectement, au malheur de l'Afrique. Le but essentiel de la visite du pape au Cameroun et en Angola était en effet d'attirer l'attention du monde sur les graves problèmes que connaissent les pays d'Afrique, surtout dans le contexte actuel de crise, que le pape avait dénoncés, en octobre 2008, rappelant que « les moyens et les ressources dont le monde dispose aujourd'hui peuvent procurer une nourriture suffisante pour satisfaire les nécessités croissantes de tous » et incitant les responsables « à ne pas capituler face à la faim et à la malnutrition comme s'il s'agissait simplement de phénomènes endémiques et sans solution ».

Hélas, par leurs « propos irresponsables », ceux qui ont d'abord déformé les paroles de Benoît XVI et ceux qui ont ensuite provoqué une polémique injuste et stérile n'ont réussi qu'à détourner l'attention de l'opinion publique des problèmes de l'Afrique, y compris de celui du sida. Ainsi, peut-être le Parlement belge aurait-il mieux agi en protestant contre le traitement réservé aux sans-papiers, qui ne trouvent abri ailleurs que dans les églises du Royaume.

Une chose est cependant certaine : les Africains ne lui diront pas merci...

© Rossel & Cie S.A. - Le Soir, Bruxelles, 2009

Mmg - 35 ans - France métropolitaine - posté le 08/04/2009 à 13h30
Mmg
Hors ligne

tu as peut ere raison de souligner que les medias ont deformés les propos exact du pape. meme non croyante je sais bien qu'il ne se risquerai pas a interdire le preservatif a ceux qui l'ecoutent et le venerent.

cependant ces debats, meme mené sur une base sulfureuse et trafiquée, soulevent un probleme qui n'a rien a voir avec la spiritualite...si le sida se developpe et se transmet aussi vite en afrique c'est parce que la population est desoeuvree, affamée et pour la plupart completement analphabete. Dans un monde "meilleur" on prendrai le temps de les eduquer a se respecter a entretenir leur corps et regarder les autres avec respect et non comme des objets, mais au vu de l'importance de la transmission de la maladie et certainement par peur qu'elle ne touche d'autres continents aussi vite que l'afrique, la meilleure arme est la distribution de preservatifs.

on peut dire que donner des preservatifs c'est encourager le sexe comme "loisir" mais dans l'urgence actuelle c'est encore la meilleure solution. cependant il faudrait songer serieusement a eduquer ces gens pour qu'ils vivent mieux! mais des lors que nos dirigeants sont absolument incapable de faire des campagnes d'informations eficaces sur leur propre territoire, comment pourrait il envisager de le faire ailleurs dans le monde.

Aprés , sans vouloir critiquer le pape et la religion, dans le climat actuel de crise et d'urgence face au sida, mais aussi aux sdf, aux expulsés aux familles sans rien..les medias se font une joie de sauter sur le moindre "fait divers" pour changer l'actualite...Le pape et ses conseillers en image auraient peut etre du anticiper la reaction des medias, d'autant plus que deja les paroles de jean paul 2 avaient fait polemiques.

a bientot

Ivoirine - 66 ans - France métropolitaine - posté le 15/04/2009 à 18h18
Ivoirine
Hors ligne

une seule chose est sûre, le pape n étant pas médecin, ni spécialiste du sida, n a pas à faire de telles déclarations sur le préservatif, et doit laisser le personnel médical s exprimer, car il est le seul habilité ! à quand le pape qui nous dira ce qu on doit manger, comment on doit dormir, comment on doit travailler, lol, il ne doit pas se mêler de tout !! par ailleurs, est sous entendu dans cette affaire le fait que le préservatif est aussi un mode de contraception, et donc évidemment l église est contre, car semble considérer que le but ultime de la vie terrestre est donc de se reproduire ! alors mais pourquoi donc le pape, les évêques, les curés, les religieuses sont ils exclus de se devoir de reproduction ???