Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Témoignage : sorti de l'homosexualité

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Gabriel - 38 ans - Belgique - créé le 02/07/2009 à 20h37
Gabriel
Hors ligne

Voici un très beau témoignage d'un québécois sauvé de l'homosexualité après plus de 30 ans. Comme quoi rien n'est impossible à Dieu si on le lui demande avec confiance et amour.

"Je vais vous raconter l'histoire de ma vie. Je souhaite qu'elle puisse aider d'autres personnes qui comme moi ont un jour trouvé l'amour de Dieu et ont choisi de vivre pour lui à tout prix, et ce, indépendamment de ce que Dieu leur demandait d'abandonner.

Mon histoire commence il y a environ 35 ans. Je suis né dans une famille typiquement Québécoise. Je suis le deuxième d'une famille de trois garçons. Mon enfance a été marquée par une vie de famille agréable ou les bonheurs succédaient les peines et ou le manque de moyen financier prenait une grande place. Par contre, mes parents ont toujours su nous donner tout ce dont nous avions besoin et même au-delà dans un contexte ou le manque d'argent était omniprésent. Étant très jeune, environ vers l'âge de 10 ans, j'ai eu quelques contactes sexuels avec des jeunes gerçons de mon âge. Au cours de ces activités, une chose m'inquiétait, c'était que j'aimais cela. Pour moi ce n'était pas un jeu sans conséquence car je sentais que dans mon esprit des sillons se traçaient. Par contre, ce que je ne savais pas à l'époque, ces que ces sillons allaient diriger tout le reste de ma vie. Ici, je dois dire que ces sentiments n'étaient qu'une résultante de ce que je vivais intérieurement, c'est à dire une blessure profonde en ce qui concerne mon identité propre. J'étais un garçon mais j'aimais les autres garçons.

Par la suite, je suis devenu adolescent et cette réalité me hantait de plus en plus. J'avais des amis mais personne à qui je pouvais parler de ce que je ressentais pour eux. J'ai donc vécu une adolescence plutôt perturbée. En fait, comme j'étais plutôt un beau garçon, j'avais des offres de la part des filles mais comme je ne ressentais rien pour elles, je devais tous faire pour éviter qu'elles s'accrochent à moi. Je préférais de beaucoup la présence de mes amis. Pour leur part, eux ne comprenaient pas pourquoi je ne voulais pas de ces filles, et je devais inventer toutes sortes de choses. Inévitablement, le moment est venu ou j'ai eu mes premiers rapports sexuels avec une fille. Cela s'est bien passé, mais je savais que je ne pouvais pas lui donner ce qu'elle attendait de moi. Cette femme avait commencé à étudier avec les témoins de Jéhovah et nous nous sommes donc laissé dans de bon terme.

Comme suite à cette expérience, j'ai choisi de partir vivre ma vraie vie. J'ai eu une éducation dans un milieu Catholique et je croyais en Dieu. Cependant, je savais dans mon fort intérieur que le style de vie homosexuel était contraire à ce que Dieu me demandait. À ce moment, j'ai décidé que puisque Dieu avait permis cela dans ma vie, et que malgré le fait que je priais, il ne répondait pas, j'ai décidé de cesser de le prier et de vivre ma vie comme bon me semblait. À ce moment, j'ai rencontré une femme dans mon milieu de travail qui fréquentait le milieu gai de ma ville. Je lui ai demandé de m'accompagné afin que je puisse y aller pour une première fois. C'est ce qui c'est passé. Une fois dans le milieu, je n'ai eu aucune peine à rencontrer des hommes avec qui j'ai eu des relations sexuelles. Après quelque temps de ce jeu, j'ai rencontré quelqu'un avec qui je suis tombé en amour. Nous sommes allés vivre ensemble et j'ai dit à ma famille et à mon entourage que j'étais gai et que je vivrais ma vie ainsi. Ma relation avec mon chum a rapidement tourné au vinaigre. Au cours de cette période, nous avons consommé beaucoup de drogue et nous sortions à tous les soirs dans les clubs et dans les bars. Ce que je croyais être la vraie vie, est devenu petit à petit un enfer. De plus, je réalisais qu'en moi il y avait une partie de moi qui étais morte et lorsque je tentais d'en parler, les gens me prenaient pour quelqu'un de dérangé. Je disais qu'en moi il y avait un cadavre que je trainait et que je ne savais quoi faire pour le faire vivre ou tout simplement m'en débarasser.

Lire la suite : cliquer ici

Mmg - 35 ans - France métropolitaine - posté le 03/07/2009 à 18h56
Mmg
Hors ligne

Je ne pense pas que l'homosexualité soit quelque chose qui doive etre "gueri".

que cet homme est decide de changer d'orientation sexuelle ou qu'il est simplement rencontré la personne qui lui convenait est son choix.

l"homosexualité, tout comme la plurigamie sont des caracteres instinctif de l'homme et de l'espece animale en regle generale...aujourd'hui chacun a le choix et il est libre de decider de sa vie.

voila..je n'ai rien a dire de plus.

a bientot.

Solb - 67 ans - Canada - posté le 08/07/2009 à 11h11
Solb
Hors ligne

Moi je crois plutot que cette homme est bisexué ou peut etre a la recherche de son identité sexuel.

Gabriel - 38 ans - Belgique - posté le 08/07/2009 à 13h51
Gabriel
Hors ligne

Cet avis n'engage que moi et je ne juge nullement la personne homosexuelle. Je me limite juste à parler du comportement homosexuel.

Cela dit notre époque semble bien être la seule où l'on entend parler de choix d'"identité sexuelle" ...

On va nous dire que même parmi les premiers hommes il y avait forcément des comportements homosexuels. L'homme n'est pas parfait après tout Les croyants parlent d'une conséquence du péché originel... Mais il ne faut pas être forcément croyant pour raisonner ainsi.

De nos jours, l'être humain a de plus en plus de mal à réaliser qu'il n'est pas un animal, et ne descend d'ailleurs pas de ce dernier. J'ai lu des livres de scientifiques ayant étudié l'évolution des différentes espèces dont l'espèce humaine pour avancer cela. Notamment "aux racines de l'homme" de Xavier Le Pichon. Donc à moins d'être mieux placé qu'eux je ne peux que croire le fruit de leurs études.

L'homme ne reconnaît plus son côté sacré et spirituel. Il existe de nombreuses différences entre nous et l'animal qui prouve que nous sommes une espèce bien distincte. Et croire le contraire nous amène naturellement à avoir des comportements plus animaux, voire bestiaux.

Par exemple nous sommes la seule espèce a être capable d'aimer, à avoir été créés pour l'amour, à être capable de transformer la souffrance en amour ; je ne parle pas de l'affection que peut donner un animal, mais le véritable amour ou don de soi dont aucune autre espèce n'est capable.

Nous pouvons également raisonner, réfléchir et discerner entre le bien et mal. De ce fait il nous est tout aussi possible de faire du monde un paradis ou un enfer. Aucune autre espèce ne le peut. Nous sommes aussi la seule espèce à avoir une totale emprise sur le reste de la création (nature, monde animal, etc.)

Mais pour parler du "problème" de l'homosexualité, l'homme a une différence de taille par rapport à l'animal, il est le seul a pouvoir faire l'amour en face à face ! Et cela n'est pas le fruit du hasard qu'on le veuille ou non.

Aussi, l'homme est par nature un être hétérosexuel fait pour l'amour en face à face, la seule position qui nous permet d'entrer en union avec la personne qu'on aime. Les animaux n'ont pas cette chance ; leur seule raison de s'accoupler est de se reproduire. Nous il y a la dimension de l'amour qui vient au dessus (et de plaisir mais le plaisir est d'abord donné plutot que reçu). Après même dans l'acte hétérosexuel il peut y avoir des déviances mais là où l'homme est totalement dénaturé c'est quand il se met à vouloir aller vers celui du même sexe.

Un bon livre sure sujet : "Ton corps fait pour... un même corps ?" de Daniel-Ange qui est très intéressant surtout pour les jeunes.

Aujourd'hui parce que la société dit "c'est naturel, c'est pas sale, c'est normal", on en conclut que ça l'est effectivement, on ne raisonne plus, ne pense plus, ne discerne plus...

La société de demain dira le contraire, on pensera alors le contraire.

Le mieux est de raisonner en étudiant les origines de l'homme, et en suivant les valeurs transcendantales plutot qu'éphémères et pas forcément bonnes de notre société édoniste, qui considère de plus en plus l'homme comme un animal.

Il suffit de voir comme certains (notamment chez les écolos de tous bords) donnent plus d'importance à l'animal qu'à l'homme et à la vie. Le monde n'évoluera pas tant que nous ne rendrons pas à l'homme sa véritable nature.

C'était mon opinion, encore une fois ça n'engage que moi.

Gabriel - 38 ans - Belgique - posté le 08/07/2009 à 18h57
Gabriel
Hors ligne

Il est vrai aussi que la femme tend à devenir de plus en plus à l'égal de l'homme, perdant ainsi ce qui la rendait complémentaire de ce dernier. Je ne parle pas de ses droits dans la société ni d'une quelconque soumission ou dépendance, mais de sa place dans la famille et dans le couple.

Aujourd'hui la femme et l'homme sont devenus presque interchangeables dans le couple. C'est un peu la faute de la société et des hommes qui dévalorisent beaucoup le rôle de la femme, alors qu'il est très important (surtout au niveau de l'éducation) et aucun homme ne peut le remplacer. La femme ne se sent plus bien dans son couple ni dans le foyer, donc cherche à devenir égale à l'homme mélangeant son rôle en tant que femme et ses droits en tant que citoyenne.

Avant la femme avait un rôle important dans l'éducation des enfants notamment, quant à l'homme il travaillait et faisait vivre la famille, il était le protecteur, il éduquait plus par l'exemple (aujourd'hui on ne sait plus trop ce qu'est devenu l'exemple du père...), ne cherchait pas à ce que son épouse travaille autant que lui pour gagner sa vie et nourrir les enfants. Mais surtout il respectait son épouse dans sa différence. Maintenant il exige la même chose de sa femme, souvent il ne la respecte plus, par exemple par machisme (d'où nombre de divorces d'ailleurs).

A présent on cherche à offrir à un enfant un foyer constitué de deux mères ou deux pères, oubliant cette complémentarité si importante. L'enfant dans un couple homosexuel a donc un nouveau modèle parental et familial, pour lui la complémentarité homme-femme n'existe plus.

Et il faut cesser de croire qu'un enfant ça se construit sur du vide. Un enfant dépend grandement de l'image qui lui est donnée par ses parents en tant que couple et de son foyer en tant que famille.

Comment voulez-vous qu'un enfant ayant deux mères ou deux pères se construise une image correcte du couple ? Ou alors il faut accepter cette idée du couple plus du tout complémentaire...

Bien sûr la société doit évoluer, mais pas n'importe comment !

Jacky - 80 ans - Portugal - posté le 09/07/2009 à 11h49
Jacky
Hors ligne

J'ai eu l'occasion de voir à la télévision un reportage très intéressant qui a changé ma manière de voir et d'aborder ce sujet assez épineux de l'enfant élevé par deux mères ou par deux pères. L'enfant est né d'une mère porteuse (là aussi, un sujet très épineux !!!!). Quoi qu'il en soit, cet enfant est né après avoir été longuement désiré par ces deux hommes très cultivés je dois dire. La "mère" est restée amie intime de ce couple et apporte l'élément féminin clé important pour le développement de la petite fille. Une éminente psychologue fait d'ailleurs aussi partie du cercle d'amis. La petite a commencé entre-temps à aller à l'école, il n'y a aucun rejet, aucun problème.

J'ai dans mon cercle d'amis, un couple d'homosexuels hommes. Ce sont deux êtres complémentaires, l'un peintre et propriétaire d'un grand café de notre ville, l'autre coiffeur très réputé. Ils sont très bien acceptés dans la ville, ne se font jamais remarquer, sont très sérieux et surtout serviables et très aimables. On le sait, on l'accepte, et finalement je trouve cela très bien aussi.

As-tu pensé, Gabriel, que le fait d'être homosexuel n'est pas automatiquement anormal ? Certains naissent comme ça, il y a anomalie au départ. La nature a parfois de ces anomalies, contre lesquelles on ne peut pas grand chose. Je parle ici des "vrais" homosexuels et bien sûr pas du tout des déviations sexuelles. Celui qui naît avec cette tendance ne doit pas être rejeté, il a déjà tant de mal à vivre cette différence. Je ne crois pas du tout que c'est la religion qui va changer cet état de choses.

Les homosexuels sont des êtres qui apprécient beaucoup les femmes, les aiment et les respectent. Ils sont d'ailleurs en général très sensibles. Mais ils auront la même répulsion pour une femme au niveau sexuel qu'un homme dit "normal" l'aura avec un autre homme.

L'homosexualité existe bel et bien. Pourquoi vouloir forcer ce qui est contre nature ?

Gabriel - 38 ans - Belgique - posté le 09/07/2009 à 13h22
Gabriel
Hors ligne

Petite précision : ni moi ni l'Eglise ni le Pape ne rejetons les homosexuels en tant qu'être humains nous sommes tous égaux et devons nous aimer quelles que soient nos différence. Le Pape lui-même un jour s'est retrouvé face à une manifestation d'homosexuels, il s'est approché à l'étonnement de tous et leur a serré la main.

Evidemment après les médias tournent les faits autrement parce que ça les arrangent de faire croire que le Pape est homophobe alors qu'il n'en est rien bien sur.

L'homophobie est une forme d'intolérance ou racisme et n'a aucune place dans une société humaine !

Je respecte profondément les homosexuels comme je respecte n'importe quel individu, cela ne m'empêche pas de dénoncer le comportement qui est contre nature. On passe son temps à dire que c'est normal, c'est tout autant mon droit de prétendre l'inverse :)

Evidemment une personne homosexuelle ne va pas se forcer à devenir hétérosexuel. Mais il existe de nombreux témoignages qui prouvent bien que même le plus convaincu des homosexuels n'est pas condamné et peut revenir sur "la bonne voie" tout en étant épanoui et heureux et non pas du tout frustré. Dès le moment où il se rend compte que son comportement est contre nature, qu'il offense Dieu (désolé il n'y a pas d'autres manières de parler, vu que la société elle n'est pas du tout offensée) et qu'il décide de changer... avec "une" aide !

On va me dire "bah ça te fait quoi qu'ils soient homosexuels ? Ca les regarde !" Le problème c'est que c'est toute la société humaine qui est dénaturée de cette manière, à trop tolérer on en perd nos racines et donc ce qui nous différencie du monde animal. Et à ce niveau chacun est concerné.

L'homme n'est pas condamné au péché ou au vice, ce n'est pas une machine non plus qui possède des défauts de fabrication (et même une machine on peut la réparer lol). Au pire un défaut est dû au péché originel. Un être humain peut changer et il faut être aveugle aux millions de témoignages qui le prouvent pour continuer de penser le contraire... Penser le contraire est vraiment réducteur ! il peut changer mais doit en avoir la volonté. Ensuite par ses seules forces il ne peut y arriver, c'est là où l'aide de Dieu apporte une force qu'il nous est impossible d'avoir autrement, qu'on l'accepte ou non.

Un violeur condamné par la société ("il peut pas changer, c'est inné chez lui") PEUT changer, de même qu'un maniac du sexe ou qu'un homme incapable d'être fidèle à sa femme, ou pour aller plus loin encore un violeur ! Mais pas avec ses seules forces c'est évident. Et encore moins s'il se complait dans cet état.

De même pour celui qui veut vraiment aimer dans le sens du don de soi (c'est à dire l'amour parfait qui n'est jamais égoïste - utopie ? foutaise !) il ne peut y arriver qu'en cherchant à atteindre cet amour parfait qui est Dieu. Si on ne cherche pas à ressembler à Dieu, on en reste réduit à aimer notre prochain au sens humain et non divin, on l'aime pour ce qu'il nous apporte et non pour ce que nous lui apportons, et il suffit qu'il nous fasse du mal pour qu'on se mette à la haïr. C'est notre droit, mais le monde tournerait plus rond si on pensant d'abord au bonheur de l'autre avant de penser au sien. Et cela seul le véritable amour auquel nous sommes tous appelé peut nous y aider.

Et l'amour divin est déjà possible sur terre, les plus grand Saints l'ont prouvé.

En bref, l'homme est appelé à se dépasser toujours plus et à devenir saint avant même d'être au ciel.

J'ai été à Medjugorje il y a un mois, là bas il y a un centre (l'Oasis de la Paix) qui accueille des drogués que la société pense condamnés (même si c'est pas inné chez eux). J'ai vu des témoignages d'anciens drogués là bas (dont certains de Belgique) qui aujourd'hui ne touchent plus à la drogue, ont perdu leur côté rebelle et asocial, et ont découvert que Dieu existe bel et bien. Ils sont capable de vous aimer plus que n'importe qui ne vous aimerait. Ils vous le diront eux même, sans Son aide, ils seraient encore dans les rues de Liège ou autre. Aujourd'hui il ne touchent plus à la drogue, veulent fonder une famille, et ont quelque chose en eux qui fait que jamais plus ils ne rechuteront.

Et ce n'est pas un conte de fée.

Jacky - 80 ans - Portugal - posté le 09/07/2009 à 16h46
Jacky
Hors ligne

"On va me dire "bah ça te fait quoi qu'ils soient homosexuels ? Ca les regarde !" Le problème c'est que c'est toute la société humaine qui est dénaturée de cette manière, à trop tolérer on en perd nos racines et donc ce qui nous différencie du monde animal. Et à ce niveau chacun est concerné."

D'accord, il ne faut pas laisser sombrer la société de plus en plus dans la décadence. Encore une fois, faisons bien la distinction entre homosexuels qui ne sont pas responsables de leur état, et déviations sexuelles, c'est très important ! Notre Saint Père le Pape sait très bien que la nature a des anomalies et il est naturel qu'il leur tende la main, il leur est déjà tant difficile de s'intégrer dans la société. Je ne crois d'ailleurs pas qu'on soit arrivé au stade de les accepter. Personnellement, j'y ai beaucoup de mal. Mais il faut bien accepter cet état de fait : c'est ça aussi "aimer son prochain".

Nous n'étions pas en train de parler de drogue, mais d'éducation scabreuse d'enfants par des couples d'homosexuels. Je pense qu'ils arrivent très bien à compenser l'élément manquant par une personne de la famille ou des amis.

Il est à remarquer que les "vrais" homosexuels ne fréquentent aucunement les démonstrations dans les rues pour faire valoir leurs droits, ils vivent silencieusement et en général en souffrant de leur état. Il est temps qu'on prenne conscience qu'ils existent. Ils ne demandent tout simplement qu'à vivre.

Dans l'Ancien Testament, Dieu est miséricorde. Le Christ, lui, a pardonné à Marie Madeleine. Et nous, nous voudrions condamner ?

Gabriel - 38 ans - Belgique - posté le 09/07/2009 à 20h08
Gabriel
Hors ligne

Je comprends ton point de vue. Cependant il faut comprendre pourquoi ils soufrent dans le silence comme tu dis. Peut-être d'abord par peur du jugement (comme c'était le cas des personnes séropositives à l'époque, je me souviens encore du film Philadelphia avec Tom Hanks) ou parce qu'ils ne parviennent pas à sortir de leur homosexualité et pourtant le désirent vraiment.

Dans la seconde éventualité, ils leur est possible de se tourner vers l'église qui ne les rejettera pas ni ne les condamnera mais les aidera à trouver en Dieu la force de revenir sur le chemin de la Vérité et donc de la Vie (car la bonne nouvelle c'est que la vie est éternelle et ne s'arrête pas à la mort du corps physique).

D'autre part, je pense que ce n'est pas forcément aider quelqu'un que de lui dire "ton comportement est normal, vas-y continue". Ok il se sentira accepté mais est-ce la solution de vouloir tout tolérer juste pour que les gens se sentent acceptés ? A trop tolérer on arrive à une société qui dérive complètement.

On confond trop souvent tolérance de l'individu et tolérance de son agissement. Il ne faut pas pour autant les rejeter car ils restent des êtres humains et même Dieu les aime plus que tout en dépit de leur comportement. Mais c'est parfois aider celui qu'on aime de lui dire qu'il se trompe de voie.

Le Pape lui est clair par exemple, il demande la tolérance de tout homme, "aimez vous les uns les autres" peu importe nos différences. Mais, contrairement à la société, il ne peut aller contre la vérité du Christ et les textes de la Bible, en disant que l'homosexualité est acceptable. Il jouerait le même jeu que la société humaine qui évolue dans n'importe quel sens, ce n'est pas du tout sa mission.

Beaucoup de catholiques aujourd'hui se disent pratiquant mais prennent un peu ce qui leur plait dans les enseignements de l'Eglise, un peu comme quand on va au super marché. Alors que l'Eglise montre la voie du Christ, et la seule Vérité. Quand on est croyant, on suit cette vérité ou on ne la suit pas, mais on ne le fait pas à moitié.

Par rapport à la miséricorde de Dieu, évidemment Dieu est miséricordieux mais est-ce possible de pardonner à quelqu'un qui ne demande pas pardon ? Qui ne veut pas changer ? La miséricorde de Dieu c'est pas "allez y, restez dans le péché, de toute façon Dieu vous pardonnera tout" Sa miséricorde ne s'applique que si l'on décide de se repentir sincèrement et qu'on lui demande de nous aider à ne plus dévier. Dans ce cas ses bras et sont coeur nous sont grands ouverts et il nous aide à changer. Et rien n'est impossible à Dieu, je le constate dans ma propre vie. Je n'aurais pas une foi si zélée sinon lol

Moi-même qui suis loin d'être rancunier, si on me fait du mal, si on m'offense, j'aurai bien du mal à pardonner si on ne me demande pas pardon.

Marie Madeleine a été pardonnée par Dieu parce qu'elle a demandé pardon et ne s'est plus prostituée ensuite. "Vas, et ne pèche plus !" lui a dit Jésus. Si elle n'avait pas demandé pardon, Sa miséricorde aurait été impuissante.

Jacky - 80 ans - Portugal - posté le 09/07/2009 à 23h14
Jacky
Hors ligne

Il y a une certaine divergence dans notre abordage et notre analyse ! Pour ceux qui se sont mis sur une voie erronée, ou à la suite d'un état de fait (c'est le cas très souvent des pensionnaires de certains collèges ou séminaires), ou à la suite de tentations et adhésion à certaines déviations sexuelles, on peut parler de "remettre dans le droit chemin". Mais pour ceux qui sont nés avec une constitution différente, c'est inacceptable. C'est du moins ce que je pense. Les vrais homosexuels que je connais ne désirent pas sortir de leur homosexualité, car ils éprouvent pour une partenaire au moment du sexe la répulsion que tu éprouverais vraisemblablement avec un partenaire.