Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Le suicide - Page 2

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Melanie - 36 ans - Canada - créé le 27/09/2008 à 01h17
Melanie
Hors ligne

Bonjour a tous

J'écris sur un sujet que personne jusqu'ici n'a abordé, alors je m'y lance, je vais vous conter l'histoire selon moi la pire à vivre pour un membre de sa famille.

Bref ! Moi jai perdu mon père il y a 5 ans : il s'est suicidé, sans en parler, sans avertissement. J'ai appris un après-midi qu'il s'était pendu.

Tous les jours j'y pense, c'est différent je commence à faire mon deuil, mais tous les jours je me dis aurais-je pu remarquer quelque-chose, aurais-je pu éviter ça, bref je me pose toujours des questions, certains diront va en parler à un psychologue, c'est déja fait, ça reste toujours là.

J'écris pour savoir si d'autres que moi, ici, ont vécu ça de près, et leur sentiment vis-à-vis de ça merci !

Jacky - 80 ans - Portugal - posté le 28/09/2008 à 11h19
Jacky
Hors ligne

Aucune réponse ne peut en effet être convaincante car chaque cas est différent.

Pour un acte de désespoir complet à la suite par exemple d'un jeu de hasard malencontreux ou de secrets honteux qui viendraient à être découverts, ou suite à un crime, je suppose que le désarroi de la personne est tel qu'on ne peut parler d'acte courageux. Dans ce cas, il n'y a pas de place pour mûrir l'acte, il est fait délibérément dans l'idée d'en finir au plus vite avec tous ces problèmes. - Pour une personne qui est malade : il peut s'agir d'une maladie psychiatrique, une dépression soignée ou non dont le suicide est l'aboutissement si l'encadrement n'a pas été suffisant.

Mais il y a un cas très spécial qui doit être considéré : celui d'une personne déjà âgée qui apprend qu'elle va devoir dépendre de ses enfants pour continuer à vivre. Ici, je considère que l'option du suicide demande une fameuse dose de courage. Je me souviens avoir vu un reportage venant de Suisse où l'euthanasie est acceptée, avec toute la préparation etc ... Oui, il faut une bonne dose de courage à l'homme que je voyais aller délibérément ce jour-là pour boire la potion fatidique.

Courage ou non ? Le seul qui pourrait donner une réponse est celui qui est concerné. Or la mort ayant fait son oeuvre, personne ne peut savoir.

Je comprends très bien le désespoir et la tristesse de Mélanie, car "c'est fait", rien ne peut se changer, on ne peut revenir en arrière, et ceux qui restent parfois ne comprennent pas ce qui a pu se passer et se font le reproche de n'avoir pas su détecter à temps. En général, toutefois, une explication se fait jour peu à peu, et quand on peut expliquer la raison de l'acte, c'est déjà plus facile à accepter.

Fafounet - 49 ans - Canada - posté le 28/09/2008 à 15h32
Fafounet
Hors ligne

C'est vraiment très triste de perdre quelqu'un de cette manière et bizarrement...il arrive très souvent que les gens qui se suicide ne donnent pas de signes avant coureur.

Certes, consulter un psychologue serais approprié.

Ton deuil n'est pas fait encore tout à fait, essaie d'en parler le plus possible à ton entourage, lis sur le suicide et la mort, ca aide parfois a comprendre et accepter des choses.

Rend lui un hommage ( dans mon cas, ca été efficace ).

Tout le monde vie leurs deuils différamment.

Bon courage

Membre inconnu - posté le 28/09/2008 à 15h59
Désinscrit

Pour les croyants le suicide, au même titre que le meurtre ou l'euthanasie, est le pire acte qui soit. Bien sûr je ne juge pas, je ne me le permettrais pas. Mais je pense que aussi forte soit la souffrance la vie reste un cadeau que nous ne pouvons nous retirer à nous mêmes ni à une autre personne. Même une personne alitée, souffrant terriblement et ne pouvant plus bouger ne devrait pas demander à être euthanasie. Elle devrait se mettre à la place de cet "homme" qui a souffert pour l'humanité il y a si longtemps ! Mais il a tenu jusqu'à ce que son âme soit libérée. En attendant, pourquoi ne pas prier, pour les autres, pour l'humanité, ou pour que nos propres souffrances soient abrégées le plus rapidement possible. Ou si nous sommes en bonne santé réfléchir aux raisons de notre présence sur terre et essayer de faire face aux preuves qui nous sont données et qui ne sont pas là pour nous nuire mais pour nous faire grandir (pas seulement sur terre). Dieu ne veut pas que nous souffrions mais c'est parfois avec la souffrance que l'on se rend compte de la valeur de la vie !

C'est aussi un acte égoïste car nous ne voyons à ce moment que notre souffrance sans nous dire que tant d'hommes autour de nous souffrent également. Pourquoi dès lors ne pas oublier nos propres souffrances et se lancer dans des projets humanitaire, même à petite échelles. Nos souffrances disparaitront alors d'elles-mêmes et nous aurons alors compris que nous ne sommes pas sur terre que pour nous, pour notre bonheur et confort personnel, mais pour les autres aussi !

C'est un sujet difficile mais il est intéressant je pense d'en parler et d'avoir différentes opinions.

Personnellement je n'ai pas connu de suicide dans mon entourage, mais je sais que le frère de ma mère a mis fin à ses jours pas en se pendant mais avec des médicaments ou quelque chose du genre. Ma mère ma raconté qu'à sa mort, elle a commencé à avoir de visions pendant un certain temps, de son frère dans un lieu terrible comme en train de faire la guerre du Vietnam. Je ne sais pas s'il s'agissait de l'enfer ou autre mais malgré tout il faut réfléchir avant de passer à un tel acte. Seul Dieu peut retirer la vie qu'il a crée. C'est mon opinion et cela est autant valable pour le suicide que pour l'euthanasie ou le meurtre. Et aussi bien sur la condamnation à mort.

Un livre que j'ai beaucoup aimé à ce sujet et que j'invite tout le monde à lire : j'aurais préféré vivre, de Thierry Cohen. Si vous connaissez des personnes suicidaires ou au bord du gouffre il peut être intéressant de leur faire lire ce livre ça fait réfléchir !

Membre inconnu - posté le 28/09/2008 à 16h04
Désinscrit

Pour moi cela n'est pas un acte courageux c'est plutot lâche malheureusement... La personne au contraire n'a pas le courage de faire face à sa souffrance, à ses problème, et décide d'y mettre fin sans se battre.

En tout cas jete souhaites beaucoup de courage Mélanie. Les personnes qui se suicident en général ne pensent pas à ceux qu'elles laissent derrières elles et qui doivent porter en deuil leur acte malheureux pendant de longes années.

Cooktys - 36 ans - France métropolitaine - posté le 28/09/2008 à 16h47
Cooktys
Hors ligne

J'ai lu avec attention vos commentaires respectifs.

Les exemples donnés par Jacky m'ont semblé assez justes.

Mais j'avoue aussi que comme Izanagi, j'ai plus cru un moment que le suicide était plus lâche que courageux.

Aujourd'hui, je crois que je n'arriverai pas à expliquer l'inexplicable car sans doute au moment de se suicider les gens ne se disent pas je suis courageux ou lâche de faire ça. Il s'agit sans doute de leur délivrance face à une souffrance. Une souffrance qu'ils combattent sans réussir à trouver d'échappatoire et sans doute aussi parfois leur souffrance est de voir les personnes à côté d'eux souffrir à cause d'eux, comme le disait Jacky. Sans doute même que pour certains il n'y a pas de raison, et peut être même pas de souffrance. En tout cas, Mélanie je te souhaite beaucoup de courage car je crois qu'en effet le plus dur est de ne pas comprendre. Un ami m'a dit il y a quelques temps que certaines personnes sont plus sujettes au suicide et ce serait du à des hormones... En as-tu entendu parlé ? Parfois les gens ne savent même pas expliquer eux même leur geste ! A bientôt.

Sylvie

Solb - 67 ans - Canada - posté le 28/09/2008 à 20h03
Solb
Hors ligne

Bonjour j,ai tout lu moi aussi vos commentaires .Tu en parles Mélanie,tu a s la tres bonne attitude face a cela .Tu essaie d e comprendre mais il n'y a rien a comprendre au juste car ce geste est la décision de la personne et il faut accepter cela au départ .Car c'est vrai que l'on ne peut rien changer du passée cela ne sert a rien de se morfondre.On ne peut pas non plus controler la vie des gens .Chacun a sa personnalité, ses forces et ses faiblesses.Ce qui me fait penser que chacun est différent et que la différence n'est pas toujours facile a accepter.

Accepter le détachemet aussi n'est pas facile et la mort nous fait pratiquer cela .O n a de la difficulté a se détacher des objets matériel ,imaginer donc quand c'est une personne de notre entourage ou famille que l'on aime beaucoup et que l'on a apprécier sa présence.C.est vraiment pas facile .Mais a chaque jour d e notre vie nous avons a affronter des défis plus ou moins difficile.Cest cela qui nous fait grandir et évoluer.

POur aider Mélanie je te remémore les étapes du deuil qui sont :

La Colere.

le Déni .

l'Acceptation , Adaptation

l'Étape Créatrice:#

C'est une période de reconstruction.

#

On reformule un sens à sa vie.

#

C'est une étape d'identification et d'exploitation de ses ressources.

#

On réinvestit son énergie dans de nouveaux projets ou dans la poursuite de ce qui avait été mis de côté

Il n,y a pas de formule vraiment magique mais l'important est de vivre ses étapes une a la fois et on peut y revenir aussi c'est a dire .Il n'y en a pas une plus importante que l'autre 1.2.3.(2.1.3.

Cela s e fait au rhytme de chacun.Et ils ne faut surtout pas juger L,acte ou la personne.L'important c'est de se sentir bien peu importe les moyens que l'on prends.Chacun son truc quoi, on prends ce qui fait notre affaire dans tout ce qui est dit .

Voici un texte que j,ai copier sur le suicide qui me semble intéressant et que je partage avec toi .:

Plusieurs questions surgiront ainsi que de l'incompréhension. Vous ne comprendrez pas les raisons qui ont pu motiver ce geste. Essayez de ne pas trop vous tourmenter avec cela, des réponses viendront ici et là de manière insoupçonnée.

Sans doute y a-t-il aussi un sentiment de culpabilité qui vous envahit. Vous regrettez certaines paroles ou certains gestes. Éprouver de la culpabilité est un processus normal dans le deuil qui vous accable. Dites-vous bien qu'avec le temps, votre culpabilité se changera en regrets et qu'en bout de ligne il ne vous restera qu'un sentiment d'impuissance face à la mort.

Lors d'un tel drame, vous ressentirez de la colère envers la personne suicidée qui vous a abandonnée, envers Dieu qui n'a rien fait pour éviter cela et envers tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à l'accomplissement de ce geste désespéré. La colère est un sentiment passager, elle passera. Cependant veillez à ne pas vous autodétruire dans la colère ou encore à blesser votre prochain inutilement. Il existe des façons positives de l'exprimer.

Rappelez-vous que vous ne pouviez pas choisir pour l'autre et que le choix du suicide ne vous appartenait pas. Acceptez que, même avec toutes vos intercessions, vos paroles n'ont pu influencer l'être aimé dans sa décision.

Une fois la tempête calmée viendra l'acceptation. Il vous faudra du temps avant d'arriver là. Offrez-vous tout le temps nécessaire. Un deuil par suicide prend plus de temps à guérir. Ne perdez pas patience, un jour vous pourrez dire que vous respectez son choix.

Si vous constatez avoir des idées suicidaires suite au deuil que vous vivez, il faut chercher de l'aide. Des solutions peuvent s'offrir à vous pour traverser ces pénibles moments sans que vous alliez jusqu'à poser un geste irréversible.

Avec la souffrance, on apprend à donner un nouveau sens à la vie, à changer ses valeurs et ses priorités. Il vous est peut-être difficile de croire que vous irez mieux et que vous pardonnerez, mais un jour viendra où vous pourrez vous dire enfin : « La vie continue et je suis heureux d'en faire partie. »

http://www.redpsy.com/infopsy/mort2.html

Marguerite - 34 ans - Maroc - posté le 19/10/2008 à 11h37
Marguerite
Hors ligne

peut être que c'est pour la 1ère fois que je parle d'un cas vécu en personne. j'ai moi même tenté de me suicider un jour, heureusement (oui je dis bien heureusement maintenant) je suis encore en vie. rien ne me faisait plaisir, je voyais la vie en noir, j'arrivais pas à pleurer, j'avais au fond de moi quelque chose qui m'étouffait... et puis un jour j'ai décidé de mettre fin à ma vie parce que je pensais qu'elle n'a plus de sens sans mon amoureux que j'ai perdu à cause d'un cancer (comme ça tout à coup il m'a laissé sans me prévenir)

alors j'ai décidé de ne plus manger, j'ai voulu que ça soit un suicide lent pour que je sente presque la même douleur que lui, je comptais les heures, les minutes et les secondes...

pour plus de 48heures je ne buvais que de l'eau, et puis j'ai reçu un appelle de mon père qui n'avait pas de mes nouvelles depuis un bail comme il disait. juste après avoir raccroché je me suis senti coupable et égoïste parce que j'ai pensé à moi et à ma douleur sans penser à celle de ceux qui m'aiment quand ils apprendront la nouvelle. et depuis j'ai décidé d'occuper mon temps le maximum possible pour ne pas penser à ce genre de bêtises, j'ai mon travail, des études en parallèle et du sport...

maintenant je suis presque à 100% amoureuse de nouveau. et oui! la vie doit continuer

Finou - 38 ans - France métropolitaine - posté le 19/10/2008 à 11h56
Finou
Hors ligne

Bravo à toi Marguerite !!! Tu as retrouvé un sen sà ta vie et c'est le principal. Tu es avec nous aujourd'hui. J'espère que tu t'en souviendras car la vie est faite de haut et de bas mais à ton prochain " bas" tu seras que tu es courageuse et que tu peux remonter la pente !!!

Finou

Lydéric thomas

Finou

Johanne - 38 ans - Canada - posté le 13/11/2008 à 19h08
Johanne
Hors ligne

bonjour je vous écrit sur ce sujet le suicide.C' est une mort que l' on n' a de la difficulté à accepter.Moi j' ai perdu beaucoup de gens par rapport à un suicide.Quand j' étais plus jeune j' ai perdu un ami garcon qui s' est poignarder à coup de couteaux car il avait eu une peine d, amour.C' était le colocataire de mon frère mais il à fait ca sur son père en vacances.C' est terrible.Ensuite il à eu une de mes tantes c' est aussi une peine d' amour.Elle s' est brûler dans son auto sur la plage près d' ici.Ensuite mon oncle s' est suicidé il à fait une dépression,un autre oncle aussi le suicide.Et ya mon père ca c' est vraiment le plus dûr il s' est suicidé une surdose de médicament.Il à fait ca à l' hôpital.Je n' ai jamais pu oublier ca.J' aurais tellement voulu lui changer les idées mais il à fait ca sans qu' on s' en apercoive.Je sais que sa maladie était difficile et qui souffrait beaucoup car il avait le cancer généraliser et de la gorge(Ils ont dû lui faire un trou pour respirer)Ca été dûr pour lui mais j' ai souffert beaucoup car il était mon héros,mon confident toujours là pour moi.Il m' a laisser une lettre avant de partir à moi,mes frères,ma soeur et ma mère.Alors il avait tout prévu.Toutes les personnes que je vous ai dit oncle tante sont les frères et soeurs de mon père.C' est beaucoup dans une famille.Je crois que je n' ai pas été très chanceuse et j' aimerais tellement que le monde en parle pour qu' on peuve les convaincre de ne pas faire ca.A + johanne Guillemette