Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Que pensez-vous du projet d'enseigner les échecs à l'école ? - Page 2

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Terence - 42 ans - France métropolitaine - créé le 07/11/2008 à 00h24
Terence
Hors ligne

Je parle ici pour la France, car dans la plupart des pays occidentaux, c'est déjà fait depuis longtemps, au moins en option.

Il est prévu par le Ministère de l'Education d'enseigner les échecs dès l'école primaire, d'abord en option, puis parmi les disciplines de base.

On le sait depuis longtemps, le jeu d'échecs est un formidable outil pour apprendre la logique et la concentration. Et ça faisait depuis plus de vingt ans que le projet était "sur le feu", comme on dit.

En France, ça existe déjà dans pas mal d'écoles, mais ça restait encore une option "marginale".

Que pensez-vous de la réalisation de ce projet à l'échelle nationale ?

Terence

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Metatron - 31 ans - France métropolitaine - posté le 01/12/2008 à 14h39
Metatron
Hors ligne

Etant issu d'une éducation bizarre qu'est le systéme éducatif québécois je dois dire que j'ai choisi mon école secondaire ( l'équivalant du collège + lycée français ) en fonction des options extra-scolaires que l'établissement offrait.

J'ai souvenir que c'était ce qui me semblait le + important ( outre l'éducation... cqfd ) mais l'activité extra-scolaire est importante aussi et je trouve qu'en France ça manque un peu. Les enfants ne se voient qu'à l'école, dans le cour de récré. Eventuellement à l'extérieur s'ils sont copains et en différent club selon leurs intérêts mais tout est forcément en compétition. Sauf pour les arts tel que le dessin ou le théâtre.

Le jeune monstre avec qui je vis voulais refaire des échecs : n'étant pas intéressé par la compétition un club ne devenait pas un choix intéressant.

Or, si je me rappel de mes activités extra-scolaire, la compétition était une option dans chaque activité.

J'ai fais ainsi : improvisation, escrime, théâtre, photo, arts plastiques, musique et d'autre dont j'ai oublié.

Chacune de ces disciplines offrent un moyen d'entrer en compétition : une expo, un concours, un challenge, une présentation, etc... well, pour ceux que ça n'intéressait pas, il était toujours possible de continuer sans pour autant en être exclu ou être obligé de faire la compétition.

Par nature je n'aime pas la compétition, ainsi ai-je fait un seul combat d'escrime ( lamentablement perdu ) mais le maître d'arme fut compréhensif et m'a coller à une cible et à l'apprentissage des parades, bottes et autres techniques. Cette année là j'ai même fait une épée :)

Il en va de même pour le théâtre : certain ne voulait pas jouer : alors ils apprenaient les lumières, le son, les décors, etc... j'en passe et des meilleurs.

Ces activités m'ont permis de me développer, de rencontrer des jeunes qui n'étaient pas de mon âge, que je n'aurais jamais croisé autrement mais avec qui j'avais un intérêt et ce pendant l'heure du déjeuner ou 1 heure après l'école : damned ! ça n'a tué personne.

Il est vrai que le programme en soit est défaillant : combien de reportage à la rentrée voyons-nous indiquant qu'un élève de 6e écrit difficilement sans faute et compte avec ses doigts ? Mais je ne crois pas incompatible un bon programme et quelques activités scolaires.

Comment on fait les générations précédents qui avait un programme + strict mais qui arrivait quand même à s'amuser ?? Faut-il ramener les soeurs dans l'éducation ?? ( c'est ironique : ma mère a connu les soeurs et m'en parlait avec bonheur comparé au programme que j'ai eu... enfin, voyez avec votre propre expérience )

Tiens, Finou, puisque tes enfants ont une possibilité d'activité, crois-tu que cette activité les aide dans leur développement ? dans l'apprentissage d'une valeur ou d'une autre ?

Metatron

Terence - 42 ans - France métropolitaine - posté le 01/12/2008 à 15h07
Terence
Hors ligne

Hello there ! / /

Voici donc un extrait de la convention signée entre le ministre de l'Education nationale et le président de la Fédération Française d'Echecs en faveur de l'introduction du jeu d'échecs à l'école :

(pour la référence, voir lien dans mon post précédent)

[...]

"Où la dimension éducative du jeu d'échecs peut-elle se matérialiser au mieux, si ce n’est à l’école de la République ?

Depuis de nombreuses années, des expériences significatives, menées dans de nombreuses régions, avaient permis de valider des pratiques et des outils exploitant le jeu d’échecs dans un cadre scolaire.

Les résultats sont étonnants, il existe vraiment un effet « les échecs contre l’échec scolaire », c’est absolument incontestable...

Il ne manquait donc plus qu’une pièce au puzzle, qu’un chaînon manquant, qui va être comblé par notre accord au niveau national.

À un moment où la jeunesse se cherche, où les valeurs vacillent, où l’on explore désespérément de nouvelles pistes, il est temps de donner à nos enfants des armes nouvelles pour affronter le monde moderne.

Certes, le jeu d’échecs n’est pas la panacée.

Mais par la simplicité de ses règles, par les qualités de raisonnement qu’il développe, par la concentration et la maîtrise de soi qu’il induit, par son aspect ludique très prononcé, et par les repères qu’il contribue à créer, le jeu d’échecs cristallise tout ce qu’il y a de bon et de positif chez l’enfant."

Terence / /

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Marie63 - 56 ans - France métropolitaine - posté le 01/12/2008 à 15h09
Marie63
Hors ligne

Citation : Marie63, dis-moi / /

Quel est le rapport entre le jeu d'échecs, le poker et le mikado ? Faut que tu m'expliques .

Et que la France essaie de rattraper son retard par rapport aux autres pays, on ne peut l'en blâmer.

I

Terence

Le rapport eh bien pourquoi ne pas non plus enseigner le poker et le mikado ? cela demande concentration, reflexion, ruse, adresse, mais il est vrai que les échecs c'est une toute autre dimension isn't it ?

La France est le pays le plus chargé dans ses programmes scolaires et ce n'est pas rattraper son retard qu'elle devrait tenter de faire c'est tout simplement réformer ce système poussièreux et de prendre enfin sérieusement en main l'éducation de nos enfants en complément de la nôtre.

Ajouter des cours d'échecs ? penses tu sincèrement que cela apporterait un plus à nos enfants qui en ont déjà assez des journées chargées ? franchement non, je suis totalement contre le rajout de cours supplémentaires.

Terence - 42 ans - France métropolitaine - posté le 01/12/2008 à 15h14
Terence
Hors ligne

Marie63,

Regarde juste au-dessus de ton post, tu as la réponse du ministre de l'Education nationale.

Terence

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Membre inconnu - posté le 01/12/2008 à 15h17
Désinscrit

Je pense que des cours de morale et de religion peuvent aussi avoir un rôle important pour aider les jeunes à se faire des repères dans cette société où le matérialisme, la soif de pouvoir, le manque de communication (malgré les moyens de communications comme le net ou les téléphones portables), le chacun pour soi, l'infidélité, les divorces, etc... sont de plus en plus présents et fréquents et donnent des valeurs erronées aux adultes de demain.

Terence - 42 ans - France métropolitaine - posté le 01/12/2008 à 15h36
Terence
Hors ligne

Izanagi,

Les cours de religion sont difficiles à mettre en place dans un Etat dit "laïc". De plus, les parents d'élèves voudraient les uns plus de notions chrétiennes, les autres plus de notions musulmanes, etc., De plus, la majorité des gens, en France, n'ont plus aucune pratique religieuse, et n'en veulent pas. L'imposer à leurs enfants paraît alors bien problématique.

En revanche, des cours de morale pourraient être enseignés... sauf que la morale est une discipline hyper étendue, qui se fond aux trois quarts dans la "philosophie", et qu'il y a autant de morales que de philosophes.

On pourrait bien sûr commencer par la morale platonicienne, puis celle des stoïciens, et remonter ainsi le temps. Mais il faudrait alors aussi en venir à Spinoza, Kant, Schopenhauer, Nietzsche et Leibniz. Puis à Sartre...

"L'Etre et le Néant", t'imagines ?

Quant à simplifier la morale à une dichotomie entre le bien et le mal, ce serait nier toutes les recherches philosophiques depuis le temps des mythologies égyptienne, grecque et latine.

Terence

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Metatron - 31 ans - France métropolitaine - posté le 01/12/2008 à 18h32
Metatron
Hors ligne

Déjà s'il y avait + de philo .....

Metatron

Membre inconnu - posté le 01/12/2008 à 19h27
Désinscrit

Terence tu devrais faire un lexique de tous les mots que tu utilises sur le forum car je pense pas que tout le monde sait ce que signifie dichotomie, ou qui sont Spinoza, Kant, Schopenhauer, Nietzsche, Leibniz, ou Sartre

Metatron - 31 ans - France métropolitaine - posté le 01/12/2008 à 19h48
Metatron
Hors ligne

Citation : Terence tu devrais faire un lexique de tous les mots que tu utilises sur le forum car je pense pas que tout le monde sait ce que signifie dichotomie, ou qui sont Spinoza, Kant, Schopenhauer, Nietzsche, Leibniz, ou Sartre

Vive Robert !

Vive Larousse !

;)

Metatron