Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Sentiment possessif - Page 2

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Marguerite - 34 ans - Maroc - créé le 11/11/2008 à 15h47
Marguerite
Hors ligne

il existe des hommes qui aiment posséder leurs amoureuses et vice versa.

si l'autre est un "être humain": il est responsable de ses actes et pensées, pourquoi le considère-t-on comme un objet et on cherche à accaparer non seulement son amour mais aussi ses points de vue, ses décisions, et même ses relations avec les autres.

au fait, je crois que le sentiment de vouloir posséder l'autre peut avoir des origines qui remontent même à l'enfance. il se peut que ce genre de personnes n'avaient pas la notion de partager avec l'autre. ils avaient donc l'habitude d'avoir des objets rien que pour eux et cherchent à appliquer cette règle sur les personnes de chaire et de sang aussi.

il se peut aussi que ça soit leur façon d'être jaloux ou d'éviter de se retrouver dans telle situation...

en tout cas je trouve que c'est une chose qu'il faut soigner parce qu'on risque d'étouffer ceux qu'on aime au lieu de leur garantir une atmosphère pleine d'amour et surtout de confiance.

Membre inconnu - posté le 12/11/2008 à 23h38
Désinscrit

On peut noter que nous ne sommes pas obligés d'aimer une seule personne. L'amour intemporel et inconditionnel peut être donné à un nombre illimité de personnes. Mais ce n'est pas toujours évident de donner son coeur à plusieurs personnes en même temps car pour donner une quantité aussi grande d'amour autour de nous il ne faut pas chercher à en recevoir systématiquement en retour et accepter que l'autre est un être libre qui peut s'en aller à tout moment sans que nous décidions de l'emprisonner.

Il arrive que certains soient incapables d'aimer une seule personne, tant ils ont d'amour à donner autour d'eux, parfois même en oubliant leur propre "besoin" d'être aimé. Comprenant le vrai sans du mot amour, et au lieu de réserver leur coeur à une seule personne ils vont jusqu'à l'ouvrir à un groupe, un peuple ou une nation entière.

Tu parles du coup de foudre Terence, on m'a toujours dit que l'amour, le vrai ne débute jamais par un coup de foudre. Il s'agit alors plutot dune passion, d'une illusion, d'une chimère, et nous aimons l'autre pour le plaisir que la relation nous apporte, parce qu'il comble un vide dans notre vie, ou parce qu'il a su nous faire vibrer. Passé quelques semaines, mois ou années ce plaisir s'estompent et les sentiments avec.

Membre inconnu - posté le 13/11/2008 à 00h40
Désinscrit

je pense qu'on peut tomber amoureux plusieures fois aussi. j'ai été follement amoureuse vers 20 ans mais la vie nous a séparés avant que nous concrétisions. Je pense que je me souviendrais toute ma vie de lui (j'en ai gardé une petite marotte pour les tatouages).

Quand j'ai rencontré Sam, le ciel m'est tombé littéralement sur la tête. C'était une évidence. C'était lui et pas un autre. J'ai galéré 6 heures avant que pour lui aussi ce soit le cas mais je ne regrette pas. Je ne peux pas expliqué ce sentiment mais c'est l'homme de ma vie et je l'ai su de suite.

Je ne pense pas être possessive sinon ,aie, je serais malheureuse vu qu'il ne travaille qu'avec des femmes. Ce qui est vrai c'est que je suis jalouse de son temps. Quand il consacre son temps libre à quelqu'un d'autre ,je peux très vite sortir les griffes.

En amitié, je ne suis pas exclusive. Je pense que c'est en rencontrant des gens qu'on s'épanouit. Pourquoi refuser cette opportunité aux personnes qui comptent? Et de ces rencontres, nons amis nous rapportent quelque chose.

PatLeMans - 38 ans - France métropolitaine - posté le 13/11/2008 à 01h01
PatLeMans
Hors ligne

Tu sais Marguerite, je m'apercois que je suis loin d'etre quelqu'un de "normal" si on peut dire qu'il y a une normalite dans le monde.

Membre inconnu - posté le 13/11/2008 à 10h49
Désinscrit

Tout dépend Pat si tu te sens heureux tel que tu es avec ta solitude. Sinon mieux vaut te battre pour t'ouvrir davantage aux autres, en étant positif aussi. Si tu pars du principe que tu vas te faire rejeter, que tu n'es pas assez intéressant etc. d'office tu n'iras pas très loin dans une quelconque relation avec l'autre. C'est toi qui décides à tout moment de t'ouvrir des portes ou de t'en fermer... Fais un travail sur toi même, cultive toi un peu pour savoir de quoi parler avec l'autre, crée toi de nouveaux centres d'intérêts, essaie d' t'intéresser à ceux des autres, de ne pas te focaliser sur tes conditions de vie ou ton handicap physique. Ca ne doit pas être un frein à ton épanouissement social ni à ton ouverture sur le monde.

Dieu ne ta pas créé pour rester seul chez toi mais pour interagir avec d'autres êtres humains Pour aimer et être aimé comme n'importe qui.

"le bonheur est dans la liberté et la liberté dans le courage" - Périclès

Tine - 49 ans - France métropolitaine - posté le 13/11/2008 à 12h26
Tine
Hors ligne

Je pense que Pat est beaucoup trop exigeant avec lui même et avec les autres ; il faut rester simple, soi-même ; ça ne plaira pas à une personne, mais ça plaira à une autre. Il ne faut pas focaliser sur un certain idéal ; l'idéal, il est différent selon les personnes. Une conversation ennuyeuse pour une personne sera au contraire très enrichissante pour l'autre.

Par contre, pour rencontrer des gens, il n'y a pas 36 solutions ; il faut aller au devant des gens ! Sinon, comment espérer faire des connaissances ? Tous ces gens n'imagineront même pas qu'on a besoin d'amitié, de leur présence dans notre vie.

Quant au sujet premier de ce topic, je pense que plutôt que de faire des scènes de jalousie, on peut dire, si on se sent mal, "tu sais, j'ai très peur de ce qui pourrait arriver, mais j'ai confiance en toi".

Membre inconnu - posté le 13/11/2008 à 12h34
Désinscrit

En effet on ne donne pas notre confiance à n'importe qui et du coup, dire à l'autre qu'on a confiance en lui donne une plus grande importance à la relation et s'il cherche à aller voir ailleurs il saura qu'il trahi notre confiance et y réfléchira à deux fois...

Terence - 42 ans - France métropolitaine - posté le 09/12/2008 à 03h25
Terence
Hors ligne

[quote] Terence a écrit :

Une personne nous est-elle destinée ?

J'ai bcp de mal à répondre à cette interrogation. On pourrait répondre que dans l'idéal ce serait merveilleux, on pourrait répondre que dans l'idéal ce serait une catastrophe... si nous ne la rencontrons pas - ou si nous passons à côté, par manque de discernement.

Qd bénéficions-nous d'assez de discernement pour "savoir" ? Par ex., ce qu'on appelle le coup de foudre, c'est une sensation sublime. On dit que ce n'est pas de l'amour... et pourquoi donc ? Trop d'émotion soudaine serait une attraction trompeuse ?

[Je souris, car ça me fait penser à cette merveilleuse chanson de Brassens... "Les Passantes", un hymne à l'amour anonyme et éphémère.]

J'ai eu des coups de foudre d'une violence inouïe... et qui se sont prolongés plusieurs années, avec la même intensité - un nirvana permanent.

Celle, ou celui, qui nous est destiné - c'est un idéal romantique, et pourtant j'y crois. J'y crois, et cependant j'ai déjà aimé, du plus profond de moi-même, plusieurs fois. Est-ce irrationnel, de croire en l'amour éternel, et d'aimer plusieurs fois ?

Il n'y a pas de réponse rationnelle à ces mystères - et c'est très bien ainsi.

Paul Verlaine :

"Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,

Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même

Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend."

Seule la poésie peut répondre.

Terence

PS : Quant à être possessif, oui je le suis. Cependant je ne saurais priver ma partenaire de sa liberté. Je suis possessif mais n'ai aucunement peur d'être abandonné.

[/quote]

____________________________________________________________________________

Je me suis quoté moi-même (j'avais publié ce post au bas de la 1ère page de ce topic)...

Il y a des points qui ne me semblent pas clairs, dans mes propos. J'y suis sensible en particulier parce que hier soir, j'étais rongé par le doute (au point d'essayer de me saouler - moi qui ne bois jamais !).

Donc j'ai relu mon post, et vais essayer de l'éclaircir.

En intro et en substance, j'avais parlé de "destinée". Or je ne crois pas au destin. Je crois qu'il existe des rencontres "miraculeuses", mais qu'il faut bcp d'à-propos et un zeste de folie pour saisir ces "inquiétantes étrangetés" - l'Unheimlichkeit - à la volée.

Mon PS, surtout, me pose problème.

Possessif, je le suis AVANT que la relation physique ne commence. Avant le corps à corps, je suis mort de trouille, car ma bien-aimée peut être liée, ou se lier, avec qqn d'autre - et sans que j'en sois informé - la liaison n'ayant pas encore débuté, l'un comme l'autre sommes totalement libres de faire joujou ailleurs.

Pendant ce passage obligé, je ne suis maître de rien - et surtout pas de mon imagination, qui va faire défiler tout ce qui peut me torturer. Là, je ressens une hyper possessivité. Où est-elle ? Que fait-elle ? Qui voit-elle ? Etc.

C'est hard.

En revanche, déclaration faite, aveux d'amour réciproque, corps et âme unis par la première nuit, il me semble - naïvement peut-être - que nul obstacle ne pourra jamais plus se mettre en opposition.

Même si alors ma compagne - "la chair est faible", comme dit ma mère - "ne dis jamais, fontaine je ne boirai plus de ton eau", comme elle dit aussi, la bougresse -, même si, disais-je, ma compagne craque une nuit pour un autre, je n'en suis aucunement blessé. Au contraire, je me remets en question, et me dis : "Nous nous aimons, il lui a manqué qqc, à moi de mieux la combler de joie et de plaisir."

Il n'y a plus de possessivité aucune, lorsque je vis avec mon amour.

Pour finir, cet axiome élémentaire : de toute façon, son bonheur est infiniment plus important que le mien - puisque je l'aime. Agissant en conscience, j'applique tout naturellement ce principe.

Zéro souffrance, pourvu qu'elle soit heureuse.

Terence / /

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Marguerite - 34 ans - Maroc - posté le 09/12/2008 à 22h34
Marguerite
Hors ligne

je suis tout à fait d'accord avec toi Terence,

c'est exactement ce qu'il faut faire: éviter de souffrir en 1er et puis admettre que lorsqu'on aime quelqu'un il faut bien supporter le voir avec quelqu'un d'autre qui le rend plus heureux que nous n'avons pu le faire.

sinon pour tes questions (que fait l'autre, avec qui est-il, quel sujet aborde-t-il...) crois moi tu n'es pas le seul à le faire. et je peux supporter ce genre de questions quand je les vois du côté positif (je lui manque, il pense à moi, ou même il est du genre curieux) mais quand le ton change, alors là les choses prennent une autre tournure (il est jaloux, il ne me fait pas confiance, ou même il cherche à me possèder), et ce qui m'agace vraiment c'est que je suis du genre qui ne cache rien (je lui présente mes amis, je réponds à tous mes appels devant lui, il a même droit d'avoir tous mes mots de passe lol), je crois que ceci veut dire que c'est lui que j'ai choisi et rien que lui, et personne ne m'en a obligé, et franchement c'est le fait qu'il soit possessif qui m'éloignait de lui contrairement à ce qu'il croyait, parce que comme je l'ai dit au début personne n'aime souffrir.