Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Deuil d'un animal - Page 3

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Lepmel - 38 ans - Canada - créé le 28/10/2008 à 01h11
Lepmel
Hors ligne

Bonjour!

Je vous pose la question suivante: pensez-vous que la société juge ou comprend mal le fait qu'une personne peut se sentir peinée suite à la mort de son animal de compagnie?

De mon côté, j'ai remarqué que les gens qui n'ont pas vécu l'expérience d'avoir un animal semblent avoir plus de difficulté à comprendre comparativement aux personnes qui en ont à la maison. Je crois qu'il faut choisir les personnes à qui l'on souhaite en parler!

Qu'en pensez-vous?

Membre inconnu - posté le 17/02/2009 à 13h03
Désinscrit

bonjour à vous tous, oui, faire le deuil d'un animal avec qui l'on a partagé des années de sa vie c'est dur et cela se comprends quand on est déjà passé par là où quand on aime les amimaux.

Il faut avoir un coeur en pierre pour ne pas pleurer et penser à notre fidèle compagnon qui vient de nous quitter.

en ce qui me concerne, j'avais une petite chienne Laïcka, une femmelle pinsher, très gentille, très sociable mais qui n'a pas eu beaucoup de chance coté santé tout au long de sa vie.

elle a commencé par avoir un premier cancer des tétines, puis deux ans après cette saloperie est revenue, mais ma petite puce s'en est sortie et a repris ses ganbades. C'était une chienne très spide, dont quand elle commençait à se blottir plus souvent contre moi, à me coller à bouger moins je savais que quelques choses n'allait pas.

Nous sommes allés en vacances dans l'Hérault en 2003, année dela canicule pas prévu du tout. Ma petite mémère a fait un AVC, elle a été perfusée 24 heures et à vécu jusqu'au bout avec des médicaments pour le cerveau et le coeur.

Et puis est arrivé, l'année 2007 où là elle a commencé a avoir des problèmes aux yeux, des uvéites, elle avait les yeux qui sortaint des orbites, quelle horreur, donc traitement de cortisones et ça rentrait un peut dans l'ordre.

Puis est arrivé, fin aôut, début septembre où ma petite Laicka a décliné sans que nous comprenions que le fin était là.

un dimanche nous appelons SOS vétérinaire, un nul, qui n'a su que lui faire des perfusions et qui ne sait pas aperçu que notre chienne était mourrante, elle hurlait dès qu'elle bougeait.

Le lundi, 17 septembre, date gravée dans ma mémoire, j'appelle mon vétérinaire qui a été mis au courant par le soit disant véto de garde sos, et mon vétérinaire me demande de venir. Et là, tout le monde à compris, tout le monde en larmes, notre petite chienne a été prise dans les bras par tout le monde pour lui dire au revoir.

J'arrive chez le vétérinaire qu'il l'osculte, il a compris de suite, elle avait une grosse tumeur aux intestins, elle avait 14 ans, tous ces antécédents aussi la décision a du être prise par moi sans réfléchir trop longtemps. Nous en avions parlé avec mon mari la veille pour être d'accord sur la décision prendre en dernier recours.

J'ai donc pris ma chienne dans le bras et le vétérinaire lui a d'abord injecté une piqûre pour la faire dormir, puis, l'injection fatale qui m' a enlevé à tout jamais ma chienne.

Quelque part j'ai soulagé ma chienne en prenant la décision mais jepeux vous dire que cette décison est très dure et quand vous repartez sans votre animal, vous vous dites, jai tué mon chien. 16 mois après en reparlant de ma chiennes les larmes sont toujours là en évoquant ces derniers moments de vie avec nous.

Le pire est que j'ai deux autres chiennes est que malheureusement cette corvée si je puis dire m'incombera de nouveau.

Même mon mari qui s'était promis de ne pas pleurer pour un animal, je lui ai demandé d'aller la voir avant qu'elle parte pour le crématorium et là lui aussi n'a pas pu s'empêcher de pleurer.

Voilà, donc l'histoire de Laîcka ma première chienne qui j'avais tant attendu pendant des années avant de l'avoir et qui maitenant repose en paix, la seule satisfaction pour nous est de savoir qu'au moment ou j'ai pris la décision de l'injection sa souffrance aller s'arrêter.

Membre inconnu - posté le 22/02/2009 à 22h38
Désinscrit

moi cela m'est arrivé dernierement ma petite chienne a disparu depuis plus d'un mois et j'en ete très peiné et j'ai pas honte de dire que j'ai versé ma petite larme.mais le pire c'est que je vais devoir l'annoncé a mon fils le week-end prochain et là...

cela fait le deuxieme chien que je perd en 10 ans un qui etait plus vieux que j'ai du enmener chez le veto pour la faire euthanasié il n'y avait pas autrechose a faire...

Mimi31 - 69 ans - Canada - posté le 23/02/2009 à 05h25
Mimi31
Hors ligne

bonjour à tous

concernant le deuil d'un animal, je peux dire que c'est très dur à vivre pour ceux qui aiment les animaux; ayant eu des chiens jusqu'à tout récemment, je comprends ceux qui versent des larmes pour leur animal. J'avais un Husky que nous avons pris bébé, elle a toujours fait parti de notre vie; je n'ai jamais laissé un animal couché dehors, même mon husky.

Quand j'ai été obligé de la faire piquée, vu qu'elle avait des problèmes de hanches(ce qui est fréquent chez les grandes races)et son age; je me dis que j'ai eu de la chance de l'avoir avec nous pendant 12 ans.Je n'ai pu me résigner à la laisser chez le vétérinaire pour qu'il dispose de son corps; je l'ai ramené et je me suis mise à la recherche d'un taxidermiste et je l'ai fait empaillée et elle est avec moi encore.

Plusieurs m'ont dit que c'était insensé de faire cela que je me faisais du mal à garder ma chienne mais je l'ai fait quand même et je ne regrette pas;elle est une présence, et dernièrement un bébé qu'elle avait eu et que quelqu'un de la famille a pris et que je voyais régulièrement est décédé lui aussi à l'age de 9ans de la même chose.En vieillissant on considère nos animaux comme nos enfants.

J'ai pleuré à chaque fois que j'ai du faire piquer un animal; peut-être que je suis trop sensible?

Blanchepuce - 30 ans - France métropolitaine - posté le 31/03/2009 à 19h29
Blanchepuce
Hors ligne

coucou à tous

moi aussi je pleure souvent pour un rien mais la perte d'un animal est je crois ce qui me fait le plus pleurer

quand j'étais petite j'avais un chien : milord et une chatte : miminne je les adorais et je les adore toujours mais vers mes 12 ans mon chien est tombé gravement malade : son ventre se remplissait d'eau donc on a passé une visite chez le vétérinaire qui nous a prescrit des médicaments en nous disant si dans une semaine cela ne va pas mieux il faudra penser à le piquer et c'est ce qui s'est passé mon père l'a emmené au vétérinaire alors que j'étais au collège je n'ai jamais pu lui dire au revoir !!!! En ce qui concerne mon chat elle est partie mourir sur les toits de tristesse : mon chien lui manquait !!!! Je pense encore souvent à eux mais maintenant j'ai mon chien et 4 chats ainsi que des souris domestiques et des gerbilles !!!!

Même maintenant quand je perds une de mes souris (elles ont une vie assez courte : 2 ans)je pleure et je sais que quand je perdrais mon chien ou mes chats je serais malheureuse pour un temps

Lauralex03 - 54 ans - France métropolitaine - posté le 10/04/2009 à 18h59
Lauralex03
Hors ligne

Je viens de perdre mon chien et mon chat à deux mois d'intervalle et je n'arrive pas à m'em remettre alors je comprends les gens qui pleurent la mort de leur animal. Ma souffrance est telle que je ne veux plus d'animaux, c'est trop difficile à vivre quand on les perd ; je crois que c'est terrible de ne plus avoir d'animal de compagnie et je crois qu'en ce moment cela me mine mais ma souffrance est telle que je ne changerai pas d'avis. Je crois aussi malheureusement que les gens sont malveillants et font exprès d'écraser les chats. Je ne crois plus en l'humain. Je suis désespérée. Je ne parle pas de tout ça à mon ami car il ne me comprend pas ma façon de penser ; il ne s'attache pas beaucoup aux animaux, alors je suis seule avec ma souffrance. Si vous avez envie de correspondre avec moi ce sera avec joie que je vous répondrai. Alors à bientôt peut-être!!!!

ISA - 56 ans - Portugal - posté le 10/04/2009 à 19h22
ISA
Hors ligne

C'est vraie Lauralex...qui aime les animaux souffre en double: sa perte et tants

fois l'inconpréhention des autres. A quelques mois je vois partir ma siamoise et

encore je vois ces beaux yeux bleus que regardent en demande de son souffrance.

Courage a tous que sont en ces moments difficiles. Isa

Blanchepuce - 30 ans - France métropolitaine - posté le 10/04/2009 à 20h13
Blanchepuce
Hors ligne

avant de reprendre un animal j'ai quand même mis 5 ans passé après la perte de mes animaux car c'était trop dur pour moi mon père ne m'a jamais compris et ma belle-mère n'en parlons pas elle détestait mes animaux et a été ravie qu'ils s'en aillent !!!!! pendant un moment j'étais seule avec ma souffrance !!!!!!!!!!! lauralex je serais ravie de correspondre avec toi mais je suis peut être un peu jeune pour être ton amie

Membre inconnu - posté le 10/04/2009 à 20h50
Désinscrit

Je ne vois pas pourquoi il y aurait une différence de sentiments dans la perte d'un être cher.

Les animaux sont des êtres vivants et quand ils entrent dans une famille, pour moi ils doivent en faire partie totalement. L'amour est une chose qui ne se discute pas, si certaines personnes ne le comprennent pas c'est qu'elles ne savent pas aimer.

Pour moi la perte d'un animal est aussi douloureuse que celle d'un proche.

Parmi tous ceux que j'ai eu, une petite chienne qui a vécu presque 18 ans auprès de nous. Lorsqu'elle est décédée il m'a fallu 10 ans avant de pouvoir ouvrir mon coeur et ma maison à un autre animal, pourtant je me suis toujours investie auprès d'associations pour la défense des animaux. Mais mon chagrin était tel que j'avais peur de prendre un autre chien et de ne pas lui donner tout le bonheur qu'il était en droit d'attendre de moi.

nous partageons tellement de choses avec nos petites boules d'amour.

J'ai la chance d'avoir une famille qui aime les animaux, et nous nous comprenons. Mais je sais aussi dans quel désarroi se trouvent les personnes qui n'ont pas une oreille attentive à leur chagrin. C'est très dur d'avoir un entourage qui minimise cette souffrance sous prétexte qu'il ne faut pas comparer un être humain à un animal. Au risque de choquer j'ai connu des personnes qui sont maintenant décédées et pour lesquelles je n'ai ressenti aucun chagrin puisqu'il n'y avait pas de liens entre nous. C'est aussi simple que ça, ou il y a un lien ou il n'y en a pas, que ce soit entre êtres humains ou entre humains et autres animaux.

En tous cas, dites-vous que nous réagissons le plus naturellement possible, nous avons au moins un avantage sur ceux qui portent un jugement : Nous ne sommes pas handicapés du coeur.