Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

La poésie en herbe - Page 3

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Marie63 - 56 ans - France métropolitaine - créé le 21/11/2008 à 10h01
Marie63
Hors ligne

Lorsque j'étais adolescente (aïe, aïe, aïe) ça fait longtemps j'écrivais non pas un journal intime mais des poèmes en fonction de mon état d'esprit, cela me permettait de me défouler sur le papier en essayant de jongler tant bien que mal avec la langue française qui est tellement belle et riche en expressions.

Faites vous partie de ce "gang" des poètes en herbes, si oui aimeriez vous nous en citer un ?

(svp ne riez pas trop fort sinon mon écran risque de vibrer) Aller je me lance :

Mon lit est un radeau perdu sur une mer

Il rêve d'un bateau le ramenant à terre !

ben oui on fait ce que l'on peut

je suis sur que certains de nos penponautes en ont crée de superbes qu'ils aimeraient partager avec nous.

Terence - 42 ans - France métropolitaine - posté le 04/12/2008 à 04h53
Terence
Hors ligne

/ /

J'ai écrit bcp de poèmes, et j'en ai publié une partie dans mes différents blogs, en particulier sur ce blog-ci - qui est un de mes blogs "laboratoire d'écriture" :

http://tobydammit.over-blog.org

Par exemple, vivant un amour impossible, j'ai écrit le poème ci-dessous :

Ta rose en haut des seins, et moi, fruit éclaté

Sans plus de forces que m'abandonner à tes pieds,

Mourir, quelle belle mort ! Ô mourir noyé

Sous tes larmes, et que la terre fangeuse m'engloutisse

Avec toi pour ultime image, si belle mort !

Souviens-toi les mains glacées, les mamelons pointés

Frissonner, la pierre émoi nocturne des amants sacrilèges

Sous laquelle brûlantes reposent les cent mille verges

D'Apollinaire se retournant dans sa tombe tel un zéro pointé

Je rêve t'étreindre hanté de ma peine éternelle -

Et tu voudrais, mon enfant, être la prochaine victime ?

Repais-toi, ange sublime, de la scène misérable

Du pitoyable amant enfilant joyeusement son blouson,

Il fait le fier, pirouette, soigneusement se défile,

Prend garde à sa sortie, se la joue fille facile

Mais très-très chère, trop chère pour toi, garçonne !

Repais-toi donc et ris, mon ange, du tyran qui sombre

Il a chassé pour toi toutes celles qui l'aimaient

Et voilà qu'aujourd'hui il se découvre aveugle

Tant il avait besoin du soleil des faux-amours

Pour se croire exister les combler de saillies

Je l'entends encore se disant maître du monde

Dans une nuit d'hallus riant de sa faconde

Si bien aidé par les traîtresses Quaaludes

Que n'a-t-il plus aimé sa défonce et ses pills' de D

Bouts de cervelle en balade, plutôt que s'amuser

A dévoiler ses charmes à une âme si belle

Qu'il ne lui reste guère pour pitance

Que ses larmes et ses bouts de cervelle

Terence / /

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Marguerite - 34 ans - Maroc - posté le 04/12/2008 à 22h07
Marguerite
Hors ligne

l'amour a toujours inspiré la plupart d'entre nous, c'est fou ce que la personne peut écrire quand elle est amoureuse, ou même blessée. et c'est avec grand plaisir que je partage avec vous l'un de mes poèmes.

cela s'appelle "un jour de pluie" bonne lecture

je déteste la pluie malgré son charme

parce qu'elle s'est mélangée avec mes larmes

le jour où tu m'avais quitté

elle a donc caché ma vérité

je ne suis pas forte comme tu crois

tu me manque la plupart des fois

et j'arrive pas à te le dire

parce que sur moi tout le temps tu tires

avec tes insultes et tes injures

tu rends les choses tellement dures

entre parler et me taire

je ne sais vraiment pas quel choix faire

quand le cri de mon silence fait trembler des terres

imagines un peu ce que ma voix peut faire

et pourtant j'ai choisi de me taire

même au jour où tu m'avais quitté

j'ai rien dit et j'ai accepté

que la pluie cache ma vérité...

que la pluie se mélange avec ma vérité...

qu'elle tombe et se perd

discrètement entre deux pierres

et puis absorbée par la terre.

Marie63 - 56 ans - France métropolitaine - posté le 04/12/2008 à 22h29
Marie63
Hors ligne

C'est superbe Marguerite Bravo!!!!!