Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Contre le trop ... Contre la Crise - Page 3

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Valedda - 46 ans - Autriche - créé le 02/03/2009 à 10h03
Valedda
Hors ligne

... le trop de chimie, de circulation, de déchets, de déstruction, d'emballage, d'outils éléctriques et éléctroniques, de plastique, de pollution, de téchnique, de produits dans les rayons, de voitures, ...

... le trop d'avidité, de consommation, de concurrence, d'égotisme, de gaspillage, d'ignorance, d'indifférance, de lutte, de stress, de stupidité, de violence, ...

La surabondance nous entoure! En même temps, il y a la misère dans le monde, la faim, la soif, les catastrophes, la devastation de l'environnement et le gaspillage de nos ressources naturelles.

N'avez-vous jamais honte parce que vous vivenz dans un coin du monde où il y a du tout? Où - en principe - on peut avoir du tout et plus et en tout moment ? Enfin, à quoi bon ? Tout ça ne nous satisfait pas, ne nous rend pas heureux de toute façon.

Après nous le déluge ? NON - APRÈS NOUS NOS ENFANTS !!!!!!!!!!!

Faisons donc avantage de la crise! Lâchons du lest !

Changeons notre style de vivre, CHACUN DE NOUS!

Il en est grand temps! Qu'en pensez-vous ?

Vera T. De Lith

(mon pseudonyme pour ce genre de texte)

PatLeMans - 38 ans - France métropolitaine - posté le 05/03/2009 à 21h40
PatLeMans
Hors ligne

Exact, car rare sont les employeurs qui ne demande pas d'expérience.

Et puis j'imagine mal un boucher devenir coiffeur, ou une dentiste devenir peintre. Il faut un minimum d'etude dans les domaines.

Ou alors il faut travailler au noir et te faire ton réseau par le bouche a oreille.

Membre inconnu - posté le 05/03/2009 à 21h51
Désinscrit

oui Pat, c'est vrai que les exemples donnés sont très différents entre eux, mais rien qu'une personne style Assitante commerciale qui a travaillé dans le textile, aura du mal à trouver un job dans les télécom ou autres genres, même en tant qu'Assistante justement !

Et je peux comprendre aussi les employeurs en ce moment qui sont réticents à embaucher des gens, si en plus ils ne sont pas qualifiés.. c'est pas gagné pour le candidat !

PatLeMans - 38 ans - France métropolitaine - posté le 05/03/2009 à 22h33
PatLeMans
Hors ligne

C'est sur mes exemples sont tres oppose, mais comme tu dis, une secrétaire médical aura du mal a trouver une place dans le secrétariat juridique ou dans l'assistanat de direction.

Et puis, il faut aussi avoir les capacités de pouvoir changer de métier, je parle de capacité physique, une personne ayant des problème de dos ne pourra pas devenir déménageur ou travailler dans la logistique. De même qu'une personne ayant des problèmes de vue ne pourra pas exercer des métiers demandant une vue très forte.

Il y aura toujours des metiers qui embaucheront, comme les metiers manuels, je pense au plombier, electriciens et autres metiers du batiments, macon, peintre etc mais rare sont aujourd'hui les jeunes a vouloir les faire ces metiers.

Si vous allez sur un chantier de construction, regardez bien combien il y a de gens d'origine etrangere. En France, on a trop voulu faire des ecoles de commerces, grandes ecoles etc, au detriment de ces metiers manuels. Quel parent n'a pas dis a sa fille "tu vois, si tu travaille mal tu va finir comme la dame, caissiere".

C'est sur faire une grande ecole, ca fait bien, mais si c'est pour finir au McDo ou en teleoperateur, c'est ptet pas si bien que ca.

J'ai un pote qui a une licence en Geographie, le truc qui sert pas a grand chose finalement, il a demande a entrer a la SNCF en conducteur de train, on lui a dis qu'il etait trop diplome. La, il a voulu passer les examens pour devenir ambulancier, le soucis c'est qu'aucune societe d'ambulance ne prend de gens en contrat de professionnalisation. Donc il fait des ptit boulot, en ce moment, teleconseiller, avant aide cuisinier dans un resto, etc etc.

Membre inconnu - posté le 06/03/2009 à 11h06
Désinscrit

Citation : Je suis d'accord avec toi Gabriel quand tu parles de te recycler.. mais la vérité est comme je te l'ai dis plus haut... Trouves un employeur qui t'embauchera dans un cabinet d'avocat alors que tu était coiffeuse avant, ou un boucher qui veut devenir "secretaire médicale"...

on peut avoir la volonté mais pas forcément la possibilité !

En fait on peut se recycler dans des secteurs où les diplomes ne valent pas grand chose ! Exemple le secteur non marchand qui englobe énormément de domaines d'activité (y compris le web !) ! Et bien souvent il faut davantage de motivation qu'un long parcours scolaire. Au pire on te proposera une petite formation. Renseigne toi, je ne t'ai pas demandé de te recycler en avocate!! lol

Quelques idées ici

Membre inconnu - posté le 06/03/2009 à 11h12
Désinscrit

« Le secteur non-marchand occupe une place de taille en Région bruxelloise ! Il génère 279.000 emplois à Bruxelles (soit 47,3 % de l'emploi salarié) et offre de belles perspectives d'emploi aux Bruxellois dans des fonctions hautement qualifiées, mais aussi dans des fonctions qui demandent peu de qualifications, ce qui correspond au profil de la majorité des chercheurs d'emploi en Région bruxelloise ».

S’engager dans le secteur non-marchand, c’est s’engager dans un projet humain.

Ecole de la débrouillardise, accélérateur d'expérience, laboratoire du travail collectif, le monde des associations permet la réalisation de soi, la construction d'un réseau et l'apprentissage de compétences nouvelles.

S'investir dans une association, c'est aussi investir sur son avenir, tant pour la vie personnelle que pour la vie professionnelle.

Pourquoi se rendre au salon Citizenjobs le 13 mars 2009 ?

Quel que soit votre niveau de formation, votre âge ou expérience, Citizenjobs vous offre l’opportunité :

* De découvrir le secteur non-marchand et les métiers y afférents

* De vous informer sur les formations que propose le secteur non-marchand

* De participer à des partages d’expérience, des débats d’idées et échanges d’information

* D’entendre les témoignages d’acteurs du secteur : C’est quoi mon métier ? Quelles sont mes tâches ? Quel est mon parcours ?...

* D'avoir accès à un grand nombre d'offres d'emploi dans le secteur non-marchand

* De rencontrer directement les recruteurs potentiels

* D’augmenter vos chances de trouver rapidement un emploi par la participation à des ateliers spécifiques : améliorer votre c.v., vous préparer à un entretien d'embauche...

* De vous informer sur les possibilités de créer votre propre emploi par un projet associatif

http://www.citizenjobs.be/content/fr/node/10

Membre inconnu - posté le 06/03/2009 à 11h20
Désinscrit

Au fait Pat il y aura même un stand consacré au travail pour les personnes handicapées. Comme quoi même les personnes à mobilité réduite ou autre ont des opportunité mais il faut chercher !

Par exemple Handiplus :

12ème semaine pour l'emploi des personnes handicapées

Cette 12ème semaine nationale pour l'emploi des personnes handicapées se déroulera du 17 au 23 novembre 2008 un peu partout en France. (c'est passé mais l'association existe toujours et organise d'autres événements en France)

Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public ainsi que les chefs d'entreprise, artisans, institutions, etc., à la problématique de l'emploi des personnes présentant un handicap.

Cet événement créé par L'ADAPT et ses 6 entreprises partenaires : Adia, Areva, Le Groupe Caisse d'Epargne, le Groupe La Poste, Monster et Sodexo est relayé par une campagne de communication avec un affichage national, un spot radio et télévisé, des bannières sur Internet. Des guides pratiques sont également édités à l'attention des entreprises et des travailleurs handicapés.

Durant cette semaine, plus d'une centaine d'actions se dérouleront partout en France pour favoriser la rencontre entre recruteurs et personnes handicapées désireuses de trouver un emploi.

Vous êtes un recruteur intéressé ou une personne handicapée? Vous pouvez consulter le site : http://www.semaine-emploi-handicap.com/. Vous y trouverez un pré-programme des activités et manifestations déjà inscrites et vous pourrez vous-même y insérer une action.

Les candidats handicapés peuvent y enregistrer leur CV et bénéficier de conseils.

Membre inconnu - posté le 06/03/2009 à 11h38
Désinscrit

Pat tu connaissais l'ADAPT ?

Va voir ceci

J'ai l'impression que vous avez beaucoup de préjugés et vous vous en servez pour justifier votre manque de recherche ou votre découragement.

Voici un extrait d'un excellent livre (que j'aurais bien souhaité lire plus tot dans ma vie :)) que je lis en ce moment et qui est très éloquent à ce sujet :

"L'adage "quand on veut on peut" est évidemment irréaliste, le réel n'ayant que faire de notre volonté. Les choses sont souvent comme elles sont et la dépense de tonnes de volonté ne les modifiera pas d'un poil.

Cependant, il faut remarquer que bien des aspects du réel qui nous apparaissent inaltérables ne le sont pas en fait, mais nous le semblent seulement à cause de nos perceptions inadéquates, entre autres à cause de nos peurs. La peur déforme nos perceptions et tend à magnifier les difficultés ou les obstacles et à diminuer l'importance des aspects plus favorables.

(...)

Il ne s'agit donc pas de vouloir aveuglément pour que tout s'arrange. Dans la plupart des situations il sera plus efficace de s'attarder d'abord à comprendre, de déterminer les objectifs auxquels on peut raisonnablement aspirer, d'examiner les obstacles extérieurs et surtout intérieurs qui entravent la démarche et d'appliquer ensuite énergiquement sa volonté à atteindre ces objectifs et à niveler ou contourner ces obstacles."

S'aider soi-même : Une psychothérapie par la raison de Lucien Auger

Si devenir avocat est hors de votre porté pourquoi ne pas chercher quelque chose plus en rapport avec vos compétences ou aspirations ?

Valedda - 46 ans - Autriche - posté le 09/03/2009 à 10h22
Valedda
Hors ligne

Je vois que la discussion s'est un peu éloigné du sujet ...

Il est vrai que le travail est un sujet qui nous préoccupe tous. Moi, par exemple, je suis juriste et j'ai travaillé dans la science ... on ne m'embauche pas faute d'expérience dans le sécteur privé, dans un environnement pratique. Et on ne me veut même pas comme secrétaire - bien que beaucoup de mes tâches à l'université ont été celles d'une secrétaire - parce que j'ai un diplome de l'université et il y assez de secrétaires ou d'assistants sans diplome universitaire, soit moins couteux et probablement plus loyaux. Et les associations en Autriche ont rarement l'argent pour embaucher ... ça fonctionne pour la plupart avec les bénévoles dont il y a en abondance ici.

D'ailleurs, c'est notre système économique qui détruit l'emploi plutôt qu'il le crée. Les entreprises cherchent avant tout les employés plein temps qui sacrifient leurs vies privées au travail. S'ils embaucherait des employés disons à mi-temps la productivité en souffrirait parce qu'elle est mesurée par le nombre de produits que fait une personne. Ainsi ce n'est pas acceptable pour un entrepreneur de donner emploi à plus de gens qui travaillent moins d'heures chacun ... et à la fois il faut toujours augmenter la production pour augmenter les gains. Alors, les uns travaillent autant qu'il n'ont plus aucun temps pour autre chose et les autres sont en chômage et doivent se débrouiller n'importe comment. Et la spirale continue à se tourner - il y aura encore plus de production et moins de postes. Ça ne peut pas fonctionner à la longue, n'est-ce pas?

Nous avons besoin de plus de solidarité au lieu d'une société qui se concentre tout à fait à l'économie ainsi que l'État et qui s'y livre volontiers, savoir de penser aux autres aussi et pas seulement à nous mêmes ainsi que d'oublier les frontières nationales dans nos têtes. L'argent doit perdre son importance. Depuis le Moyen-Âge quand l'argent a commencé à reigner le monde nous avons vécu aux dépens des autres ... des pauvres, des ouvriers, des peuples que nous avons colonialisés. Les resources naturelles diminuent, les prix augmentent parce que nous consumons comme les fous et les choses dont en vérité nous n'avons pas vraiment besoin. Le niveau actuel de vie est trop haut pour que le monde entier puisse en profiter un beau jour ... il faut le revoir à la baisse, c'est inévitable. Mais moins de choses ne veut pas dire que nous devrons tous vivre dans la misère ... il nous faut nous rendre compte de ce qui est important dans la vie, c'est tout.

Il y a des bonnes idées à suivre ... des jardins communs par exemple ou les coopératives qui sont actives dans une certaine région sans ambitions de grandir ou se globaliser comme les entreprises. Peut-être vous en connaissez d'autres exemples?

Metatron - 31 ans - France métropolitaine - posté le 12/03/2009 à 17h26
Metatron
Hors ligne

Pour en revenir au sujet principale :

Tu as raison Valedda : trop c'est comme pas assez. Et après nous, ce ne sera pas le générique de fin.

Le problème n'est ni la pub, ni le coût de ce qu'on achète.

Et il est faux de dire que si on achète le moins et au moins cher on sent moins la crise. A moins de n'acheter que des sous-marques qui n'hésite pas à faire un profit monstre sur ceux qui n'ont pas les moyens. Ce qui n'est pas mieux.

En fait, il faut réfléchir en terme de qualité. Personnellement je continue à acheter mes pâtes lustucru, car les pâtes moins cher sont ont tellement d'amidon qu'elles ne sont bonnes que pour le pâté pour chien.

Je préfère acheter mes produits de qualité, sachant pertinnement qu'ils se font un profit de toute façon, mais c'est toujours ça que d'engraisser Leclerc, Liddle ou qui sais-je encore sous prétexte que je n'ai pas beaucoup et qu'eux, font leur produit à prix mini, profit maxi.

En échange je ne peux pas m'offrir autant de ciné que je veux, ni même autant de livre, mais je profite de chez moi, de mon quartier, de ma famille.

En échange j'ai un style de vie tranquille, qui n'a rien du luxe.

En échange, j'ai une réflexion et une critique. Il me semble que c'est par là que ça commence.

Ce n'est pas une histoire de prix, c'est une histoire de qualité, on peut avoir des choses de qualités et refuser le mode de vie que l'on nous propose.

Non, tout le monde ne peut pas devenir riche et célèbre en 3 émissions télé.

Metatron