Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Qu'est-ce qui éveille votre esprit de protestation ? - Page 4

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Valedda - 46 ans - Autriche - créé le 22/10/2008 à 10h51
Valedda
Hors ligne

C'est évident que pour moi la religion est un sujet qui ne me laisse pas froide, surtout quand il s'agit des dogmes catholiques que je refuse. D'ailleurs, je ne supporte pas les demie-vérités, les jugements mal fondés, les rumeurs malignes, les moqueries, railleries et humiliations (surtout quand la victime n'a pas de possibilité de se défendre), l'alarmisme ... tout ça me provoque et souvent je ne peux plus rester silente.

Et vous, qu'est-ce qui vous contrarie ?

Terence - 42 ans - France métropolitaine - posté le 26/10/2008 à 19h26
Terence
Hors ligne

Citation : Citation : ce que je d'eteste en generale c'est l'intolerence,la violence,mais aussi ce qui me met hort de moi c'est le regard des gens dans la rue quant je suis avec ma femmes qui est handicapee,les ricannement à notre passage devant ces gens,qui ne savent que tout peut nous arriver dans la vie

gege

Citation : Citation : La réaction de ces gens, c'est une HONTE ! Mais ne t'inquiètes pas, ... car dans le fond, s'ils réagissent ainsi, ... c'est qu'ils sont eux-mêmes très malheureux,... et qu'ils veulent se voiler la face !!!

Jenny.

>>> Gégé

Les réactions des gens confrontés au handicap dans la rue sont diverses selon de nbx critères dont la plupart sont en rapport avec le lieu. Ainsi, elles seront plus ou moins hostiles selon les quartiers, ou selon la qualité de vie de la commune.

Cependant, dans ma ville (Paris), je n'ai jamais vu qqn ricaner en voyant une personne handicapée. J'ai parfois remarqué une réaction de recul, mais les passants, pour la plupart, sont au contraire plutôt aimables et tjrs prêts à proposer leur aide.

>>> Jenny

Je ne crois pas que les réactions hostiles de certaines personnes viennent du fait que le handicap renvoie à leur propre malheur. L'hostilité, en réalité, vient de la peur.

Les gens sont attirés par la beauté. Pourquoi ? Parce que la beauté renvoit au mythe de la perfection et fait oublier la mort. Inversement, qd ils se trouvent à proximité du handicap ou tout simplement de la maladie, le mythe s'écroule, et se réveillent en eux les peurs de l'enfance et l'inéluctabilité de la mort.

L'être humain lambda est très fragile psychologiquement. Il fuit tout ce qui le renvoie à ses peurs, alors que le chemin de l'apaisement se suit au contraire en affrontant ses peurs en face, pour les combattre tel saint George, et vaincre.

Tourner le dos à l'adversaire (ici, la peur), c'est accepter de perdre sans avoir combattu. Nulle lâcheté n'écartera jamais la main du bourreau.

Terence

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Membre inconnu - posté le 26/10/2008 à 19h50
Désinscrit

Effectivement moi-même j'avoue avoir bien souvent des mouvements de recul lorsque je passe dans certains quartiers et croise ne fut-ce que des mandiants. Souvent je détourne le regard, je n'arrive pas toujours à les regarder en face ni même à leur tendre un simple sourire. Je m'analyse à ce moment et constate que je me mets presque dans leur peau et me sens tout à coup très mal, limite désespéré comme si je prenais leur place. Ma réaction depuis est de détourner le regard systématiquement... Je pense que beaucoup sont dans ce cas.

Pour ma part je pense que cela est lié à mon manque de confiance en moi et donc un rien peut me démoraliser même la vue d'un pauvre mandiant dans le métro.

Sinon le regard des gens varie souvent d'un lieu à l'autre, en ville souvent les gens sont dans leur bulles et ne regardent que leur nombril. Mais plus on s'éloigne des ville plus on remarque les gens, souvent les jeunes, qui se permettent de se moquer de ceux qui sont différents. Ou même de se moquer d'un couple d'amoureux en train de s'enlacer. A l'époque où j'habitais dans le Var, cela m'arrivais de me balader avec mon ex aux abords des villages, et à chaque fois qu'une voiture passait le conducteur se mettait à klaxonner et le passager à sortir sa tête en sifflant comme s'ils n'avaient jamais vu d'amoureux de leur vie ! Les gens sont parfois con... Par contre j'ai jamais eu ce phénomène en ville.

Quoi qu'il en soit les gens sont comme ils sont et parfois ils vaut mieux se regarder soi-même avant de se permettre de juger les autres. Courage gégé et personnellement je suis sur que vous formez un très beau couple, le plus important est l'amour et la complicité qu'il y a entre vous !

Jen - 68 ans - Belgique - posté le 26/10/2008 à 20h33
Jen
Hors ligne

C'est très possible, Terence, mais as-tu une expérience personnelle à nous expliquer ???

Nous n'avons pas tous la même force en ce qui concerne ce que la vie nous réserve de "grave" : maladies, handicaps, ....

Alors, explique-nous.

La peur, par exemple, n'a rien à voir ici !

Ce n'est pas parce qu'on veut "oublier la mort" qu'on doit mal se comporter vis-à-vis d'autrui !...

Tout le monde a peur de la mort !... Et c'est normal!

Entendre des "quolibets", de la part des autres, alors qu'on est comme eux, que l'on soit moche, malade, ... n'est pas du tout agréable, et ce n'est pas du tout de la lâcheté 88

Mais, si tu nous donnes des informations plus personnelles, cela ne pourra que profiter à tout le monde.

Attention : quand je parle d'"informations personnelles", ce ne peut être que des informations liées à ce sujet !

J'attends ta réponse, à bientôt,

Jenny.

Terence - 42 ans - France métropolitaine - posté le 26/10/2008 à 21h06
Terence
Hors ligne

J'ai écrit tout à l'heure "j'ai parfois remarqué un mouvement de recul"... Le "parfois" est une erreur. Et tu as raison, Izanagi, de souligner que cette réaction est courante. Je voulais surtout dire qu'à Paris intra-muros, passé ce mouvement de recul, les gens se comportent avec civilité.

Ou alors, ils feignent l'indifférence, non qu'ils le soient vraiment, indifférents, mais parce que ça les renvoie, là encore, à des peurs liées à leur "histoire personnelle". Et le manque de confiance en soi est un sous-ensemble de la peur.

C'est curieux, aujourd'hui que, grâce à Gégé, nous évoquons le handicap, c'est l'anniversaire du blog

d'Handy, une amie bloggeuse de longue date, atteinte de SEP (sclérose en plaques), qui tient, depuis pile trois ans aujourd'hui, un blog tout à fait extraordinaire qu'il faut absolument découvrir.

Elle y raconte sa maladie, sa vie en fauteuil roulant, ses séjours à l'hôpital, son chez-elle et ses canaris, ses espoirs et ses désespoirs, mais aussi ses passions, avec une intelligence, une lucidité et un humour merveilleux, je ne sais pas comment décrire ce blog si étonnant, avec ses articles qu'elle y écrit presque quotidiennement (c'est un journal intime, mais aussi militant)...

Son blog, c'est un hymne à la vie. Allez-y absolument :

http://journalextimerecherchespoir.over-blog.com/

Attention, la page d'accueil peut mettre du temps à se charger. Patientez, je veux absolument que vous découvriez Handy !

Terence

[EDIT] Excuse-moi, Jenny, mais j'étais en train de me battre avec des pop-up en voulant mettre des caractères en gras et en couleur, pendant que tu écrivais ton post...

Jenny, je ne peux pas parler d'expérience personnelle du handicap, ce que j'en dis, bien maladroitement, vient d'une part de la lecture de bouquins sur la psychologie comportementale, d'autre part de conversations que j'ai eues avec des spécialistes du handicap.

(Je ne sais pas si tu as lu mon "profil", mais je travaille dans le monde de l'édition, et mon métier de journaliste m'a permis à l'occasion de travailler sur le sujet.)

Cependant, tu as raison Jenny, je ne suis pas moi-même un spécialiste, et je ne fais donc qu'exprimer mon opinion.

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Jen - 68 ans - Belgique - posté le 26/10/2008 à 23h57
Jen
Hors ligne

Terence,

Tu n'as vraiment pas à t'excuser, il n'y a pas de raison...!

Et c'est vrai que parfois, on est débordé, cela m'arrive bien souvent aussi !

Je suis contente de recevoir ton message, mais j'ignorais que tu avais une amie qui devait se battre contre la sclérose en plaques. C'est une maladie dont personne dans mon entourage n'a été atteint, mais je me souviens très bien que l'épouse du prof de math que j'avais à l'école normale en était atteinte. Et il s'occupait lui-même de sa femme, il faisait vraiment TOUT, et venait donner ses cours.

C'était un prof "formidable", ... je ne l'oublierai jamis.

Malheureusement, il est décédé 2 ans après que n'aie eu mon diplôme, (je l'ai appris alors que j'étais encore intérimaire, enfin, temporaire comme on disait déjà à l'époque), et son épouse était toujours là ! C'est une histoire qui m'avait bouleversée.

De plus, j'ai une amie (je la connais depuis 17 ans) qui a un fils handicapé : Il avait 2 ans quand on lui a fait un vaccin contre la .. rougeole (j'avais refusé de faire faire ce vaccin à mes enfants, bien qu'ils aient eu tous les autres, et qu'ils aient été suivis par un pédiatre pendant 2 ans !), il a mal réagi, a eu une poussée de fièvre épouvantable, et cela lui a détruit une partie du cerveau. Résultat : il a maintenant 33 ans, il mesure 1,90 m, (son développement physique est resté normal), mais il a la mentalité d'un enfant de 2 à 3 ans. Pourtant, il n'est pas du tout "caractériel", il essaye de parler, mais il n'arrive pas à prononcer les mots. Donc, avec lui, il faut énormément de patience, ... Au début, quand je l'ai connu, je n'arrivais pas à le comprendre, mais je m'y efforçais, et ... petit à petit, j'ai réussi, ... (mon mari et mes enfants aussi). Maintenant, même si lui n'arrive pas à sortir de la bouche les mots qui expriment sa pensée, nous arrivons à le comprendre, et à lui répondre ! Cela lui fait plaisir, malgré son gros handicap mental. Car s'il est extrêmement gentil, souriant, il n'aura (mentalement) jamais plus de 2 ou 3 ans.

Pour ses parents, c'est loin d'être simple !

Il fréquentait une école spéciale, adaptée, il rentrait chez lui tous les jours, mais quand il a eu 21 ans, ses parents ont du l'inscrire dans un établissement spécial, il ne peut en sortir que les week-ends. Pour ses parents, c'était ...affreux, car il lui avaient consacrés tant d'années pour le faire quand même progresser, la séparation a été dure des 2 côtés (enfant et parents), et il n'apprend plus vraiment grand-chose.

En fait, je pense qu'il a atteint ses limites. Mais les parents sont censés partir avant les enfants, donc ... il faut bien prévoir l'avenir pour ses gosses !... Tu comprends.

Nous, nous l'avons pris plusieurs fois chez nous, et nous organisions de petites excursions avec lui, ce qu'il adorait.

Mais ... et je ne rêvais pas, ... je t'assure que des gens détournaient leur regard ! Pour moi, tous ces gens sont débiles !!!

C'est vraiment idiot parce que ce garçon était en fait très heureux, ne demandait rien de plus à personne (bien sûr, il était ... suivi, c'est le moins qu'on puisse dire, ... et il l'est encore !).

En fait, il adore vraiment se faire des ... amis !!!! Comme tout le monde !!!

J'espère que tu peux comprendre ma réaction à ton message que j'ai lu tout-à l'heure, mais, encore une fois, tu n'as pas de raisons de t'excuser !

Je ne manquerai certainement pas d'aller visiter le blog de ton amie, et nous pourrons alors reparler de tout cela.

Ces problèmes sont loin d'être simples !

A bientôt,

Jenny.

Membre inconnu - posté le 27/10/2008 à 12h38
Désinscrit

Je pense que c'est humain de détourner les yeux. Pas que les handicaps ou SDF nous dégoutent (je trouve ce mot très fort) mais seulement que l'on ne sait pas trop comment les regarder. Beaucoup de personnes auront un regard de pitié et je pense que c'est bien plus humiliant que le dégout. Pourquoi ne pas avoir le meme regard que si on voit un passant. Je ne comprend pas pourquoi on fait la différence. Je trouve triste quand un hadicapé me dit qu'il se sent mieux à l'hopital car tout le monde est dans un lit. Comme celà il se sent l'égal des autres.

Ma mère est handicapée cérébrale "légère" mais elle a diu mal à marcher et a des comportements parfois inadaptés. J'ai vécu le regard des autres au travers d'elle et peux vous dire qu'il est rarement tendre. Les gens ne cachent même pas leur dégout pour la plupart, ils n'hésitent pas à la bousculer si elle ne va pas assez vite à leur gout. Elle ne veut plus aller dans les magasins à cause de celà et j'en suis triste pour elle. C'est peut-être pour me battre contre ces péjugés que j'ai choisi mon métier mais j'essaie de me battre tous les jours contre les a-prioris.

Je connais quelques SDF qui sont des personnes remarquables. Arretons de penser que leur donner quelques pieces c'est pour acheter à boire. Je leur donne souvent à manger et ils ne refusent jamais. Je donnais même un croissant de temps en temps à un monsieur en bas de chez moi. Il était vraiment radieux de mon petit geste qui ne changera surement pas la face du monde. mais juste voir son sourire suffisait à illuminer ma vie. On donne pour les autres mais aussi pour se dire qu'on sert à quelque chose dans ce monde ou prédomine le soucis de soi.

Jen - 68 ans - Belgique - posté le 29/10/2008 à 14h34
Jen
Hors ligne

Citation : Je pense que c'est humain de détourner les yeux. Pas que les handicaps ou SDF nous dégoutent (je trouve ce mot très fort) mais seulement que l'on ne sait pas trop comment les regarder. Beaucoup de personnes auront un regard de pitié et je pense que c'est bien plus humiliant que le dégout. Pourquoi ne pas avoir le meme regard que si on voit un passant. Je ne comprend pas pourquoi on fait la différence. Je trouve triste quand un hadicapé me dit qu'il se sent mieux à l'hopital car tout le monde est dans un lit. Comme celà il se sent l'égal des autres.

.

Tu traduit très bien ma pensée, Atanais ! Jenny.

Jen - 68 ans - Belgique - posté le 29/10/2008 à 14h36
Jen
Hors ligne

Citation : Je connais quelques SDF qui sont des personnes remarquables. Arretons de penser que leur donner quelques pieces c'est pour acheter à boire. Je leur donne souvent à manger et ils ne refusent jamais. Je donnais même un croissant de temps en temps à un monsieur en bas de chez moi. Il était vraiment radieux de mon petit geste qui ne changera surement pas la face du monde. mais juste voir son sourire suffisait à illuminer ma vie. On donne pour les autres mais aussi pour se dire qu'on sert à quelque chose dans ce monde ou prédomine le soucis de soi.

Voilà encore une réflexion très bien, qui me va droit au coeur.

Le monde est dur pour certains, c'est le moins qu'on puisse dire !

Jenny.