Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

La rancune - Page 9

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Membre inconnu - créé le 26/09/2008 à 19h33
Désinscrit

Faites vous partit de ces personnes rancunières ou alors faut il vous emmener très loin pour que vous ne pardonniez pas????

Préféré perdre quelqu'un part RANCUNE ou essayer vous de discuter

de comprendre????

LA RANCUNE POUR VOUS EST ELLE NECESSAIRE?

Xenonphile - 57 ans - Maroc - posté le 26/08/2009 à 02h17
Xenonphile
Hors ligne

Nadouch18 a écrit : bonsoir pardonner c'est facile à prononcer mais à l'intérieur que se passe t-il?Malheureusement certaines bléssures sont difficiles à cicatriser.on peut pardonner des erreurs des comportements des malentendus,parfois des hypocrisies mais peut on pardonner des injustices qui durent des années et de personnes tres proches avec qui on est obliger de garder une certaine relation ?Désolée de vous décevoir mais franchement parlant,je ne pense pas que je pardonnerai un jour.je ne les évite pas et je leurs suis tres serviable meme!je pense qu'ils le regretteront un jour s'ils l'ont pas déja fait.mais au fond je ne sens pas que j'ai pardonné.

non , nadouch, il faut savoir pardonner et se libérer du fardeau du mal de l'autre. Être épicurien est le meilleur moyen de gagner ! je le pense et sincèrement.

XENON

Fiore - 36 ans - France métropolitaine - posté le 26/08/2009 à 21h40
Fiore
Hors ligne

Bonsoir!

Je suis comme toi Mélanie, lorsque j'étais plus jeune et que l'on me faisait "une crasse", je voulais vraiment me venger, je ne parlais plus avec la personne pendant X temps... Mais maintenant, je ne suis plus comme ça. Dans le monde du travail, les crasses sont très fréquentes, donc si tout le monde serait rancunier, on ne s'en sortirait pas, ça serait la guerre permanente. Donc, sur le lieu de travail, on essaie de passer outre tout en étant sur ses gardes.

Par contre, niveau personnel, c'est plus souple. J'évite les personnes qui me font des crasses...

Angela

Negromori - 65 ans - Belgique - posté le 27/08/2009 à 14h52
Negromori
Hors ligne

Fiore a écrit : Bonsoir!Je suis comme toi Mélanie, lorsque j'étais plus jeune et que l'on me faisait "une crasse", je voulais vraiment me venger, je ne parlais plus avec la personne pendant X temps... Mais maintenant, je ne suis plus comme ça. Dans le monde du travail, les crasses sont très fréquentes, donc si tout le monde serait rancunier, on ne s'en sortirait pas, ça serait la guerre permanente. Donc, sur le lieu de travail, on essaie de passer outre tout en étant sur ses gardes.Par contre, niveau personnel, c'est plus souple. J'évite les personnes qui me font des crasses...

Bonjour Fiore, je suis de ton avis et je dirais même "plus" en citant une idée New-Âge: "Je tends la main si l'on a besoin de moi, mais si l'on essaye de m'attirer vers le bas, je la lâche et poursuit ma route"! La rancoeur et la vengeance sont les choses qui attirent vers le bas. Mieux vaut poursuivre sa route. Mais, dans le monde du travail, cela n'est pas facile surtout s'il s'agit d'un supérieur. Par contre dans le privé, il est une autre phrase qui dit: "Si ton Bonheur dépend de... ton père ou ta mère, ton frère ou ta soeur, ton ami ou ton amie, de ton entourage etc... si ton bonheur dépend d'eux et non pas de toi et de toi seulement, tu risque fort de mourrir malheureux!" Amitiés. negromori.

Cooktys - 37 ans - France métropolitaine - posté le 29/08/2009 à 10h10
Cooktys
Hors ligne

Cette phrase : "Si ton Bonheur dépend de... ton père ou ta mère, ton frère ou ta soeur, ton ami ou ton amie, de ton entourage etc... si ton bonheur dépend d'eux et non pas de toi et de toi seulement, tu risque fort de mourrir malheureux!" Amitiés. negromori.[/quote] ne signifie t-elle pas que la dépendance aux gens est dangereuse ??? car là, on est mal... on risque de tous être malheureux ;-), non ???

La rancune est mauvaise car quand on a de la rancune envers quelqu'un on arrive plus à être impartial sur notre façon de la voir bien que les gens peuvent changer (pas complètement à mon avis). Le plus difficile est de passer de la rancune à l'indifférence... vous ne croyez pas ? Un ami (une personne que vous pensiez avoir comme ami) qui vous laisse tomber ou vous trahi : comment réussir à lui pardonner ? Pas toujours facile ! Quand cette personne a vraiment de l'importance à vos yeux, je ne suis pas sûre que ce soit facile de passer à autre chose... dans le monde du travail, je ne considère pas mes collègues comme mes amis donc j'ai une grande capacité d'oubli ! Rien ne m'a encore vraiment atteint... je reste juste sur mes gardes avec certaines personnes !

Bye

Syl

Negromori - 65 ans - Belgique - posté le 29/08/2009 à 16h22
Negromori
Hors ligne

Cooktys a écrit : Cette phrase : "Si ton Bonheur dépend de... ton père ou ta mère, ton frère ou ta soeur, ton ami ou ton amie, de ton entourage etc... si ton bonheur dépend d'eux et non pas de toi et de toi seulement, tu risque fort de mourrir malheureux!" Amitiés. negromori.

ne signifie t-elle pas que la dépendance aux gens est dangereuse ??? car là, on est mal... on risque de tous être malheureux ;-), non ???

Réponse:

Attention, il ne faut surtout pas confondre « pardonner » et « oublier » ! Pardonner c’est se « décharger du fardeau de la rancune » que l’offense pourrait avoir causé. Oublier c’est une autre chose, cela varie selon les personnes et n’est pas indispensable pour la reconstruction de la sérénité.

Ce que vous appelez la « dépendance » aux gens est le fait que vous reliez votre bonheur à leurs qualités mais aussi, ne l’oublions pas, à leurs défauts. Et, dès lors, en effet le risque est grand de se voir malheureux toute sa vie.

Le bonheur c’est aussi le pouvoir de choisir. Si ce choix est dépendant de ce que dira l’autre, on ne pourra jamais être vraiment heureux. Si l’on doit aliéner tous ses plaisirs parce qu’ils déplairont à « l’autre », cela signifiera que notre bonheur sera mis de côté pour satisfaire l’autre. Le jour ou l’autre ne sera pas heureux, on ne le sera pas non plus…

Pour résumer, soyons heureux, complètement heureux, à part entière et sans vergogne.

Et ensuite, seulement ensuite nous pourrons « faire le bonheur et distribuer du bonheur » autour de nous.

Celui qui n’est pas heureux ne peut pas donner du bonheur, il ne peut donner que de la « soumission » c’est de l’esclavagisme psychologique.

On ne peut pas s’épanouir dans ce cas de figure.

Si l’on doit faire des « concessions », elles doivent « aller dans les deux sens ». Tantôt l’un tantôt l’autre.

Amitiés!

Negromori.

Gabriel - 39 ans - Belgique - posté le 31/08/2009 à 12h13
Gabriel
Hors ligne

Bonjour Negromori,

Je partage tout à fait ton point de vue. Je ne sais plus ce que j'avais dit lors de mes précédentes interventions, mais je pense en effet que notre bonheur ne dépend pas des autres mais de nous même. Par extension, je pense aussi que la souffrance suite au comportement de notre prochain (même d'un ami) n'est pas due à ce comportement mais à la manière dont on l'interprète. Du coup la responsabilité de cette souffrance nous incombe à nous et à personne d'autre.

Une personne me tire la langue dans la rue ? C'est son problème pas le mien ! Ma copine me largue ? C'est bien triste mais elle en a le droit, et je n'ai pas le droit de l'obliger à m'aimer si elle ne m'aime plus. Si j'en souffre ce n'est pas sa faute mais la mienne.

Mon meilleur ami me trahi ? Il en a le droit, moi j'ai le droit de lui en vouloir ou de lui pardonner. Ca ne signifie pas que je le considèrerai encore comme un ami ou lui ferai encore confiance, mais je me décharge du poids de la rancune.

Imaginons qu'une personne nous traite de débile ou de con, nous dise quelque chose que nous pensons injuste. Plutot que de nous énerver sur lui, de souffrir... analysons la situation : il a tout à fait le droit de penser que je suis con, bête ou idiot !! Penser le contraire serait enfreindre la liberté que tout individu possède de par son existence. Moi je sais ce que je vaut, et si il y a une part de vérité dans ses propos, j'oublie mon orgueil et me remet en question.

Pourquoi dès lors s'énerver et souffrir si l'on décide que l'autre à le droit de penser tout le mal sur mon compte mais moi j'ai le droit et la liberté de ne pas y donner le moindre crédit. Tout comme j'ai le droit de m'énerver, de souffrir, de lui en vouloir, de me ronger les sangs (***, il pense que je suis con, c'est peut-être vrai... j'ai plus confiance en moi maintenant, il va me le payer !).

Nombre de conflits dans le monde cesseraient par ce simple raisonnement (en plus de se dire qu'il vaut mieux agir avec les autres comme on voudrait qu'eux régissent envers nous et non pas comme eux agissent avec nous). Là est le véritable amour d'ailleurs.

Comprendre cela permet de vivre de manière plus sereine en effet et de ne plus s'énerver pour un oui ou pour un non.

Finalement, nous sommes tous des individus doués du libre arbitre, de la liberté d'agir selon notre conscience. En général, l'homme n'est pas foncièrement mauvais et s'il agit mal cela n'est que très rarement dans le but de blesser son prochain mais simplement parce que l'être humain n'est pas parfait et il faut l'accepter pour soi-même (humilité), mais pour les autres aussi (indulgence).

Gabriel - 39 ans - Belgique - posté le 31/08/2009 à 12h31
Gabriel
Hors ligne

J'irai même plus loin par rapport à la souffrance, imaginons que je perde mon meilleur ami, dans un accident de voiture par exemple... Bien sur c'est triste ! Mais c'est a vie, et si je souffre c'est parce que je considère sa mort comme dramatique. Ce n'est donc pas sa mort qui me fait souffrir mais la manière dont je perçois cette mort.

Saviez-vous que dans certains pays on fête la mort d'un proche dans la joie et non les larmes ? Tout simplement parce que la vision occidentale de la mort n'est pas la même que celle d'autres civilisation plus religieuses qui considère la mort comme une naissance au ciel, et qui est un événement merveilleux !

Je ne dis pas que ce soit facile bien sur ! Mais c'est pourtant la stricte réalité.

Si l'on se fait agresser dans la rue, qu'on me vole ma belle montre ou mon téléphone portable, c'est terrible ! Mais ce sont des choses qui arrivent. Au moins je suis en vie et la vie est ce qui compte finalement plus que tout bien matériel ! Pourquoi entretenir de la haine envers notre agresseur ? Il est libre de m'agresser, de me voler. Je suis libre de souhaiter qu'il réalise le mal qu'il m'a fait, d'espérer en une justice un jour ou l'autre, mais sans lui vouloir de mal à mon tour. Ou je décide de l'agresser à mon tour, de me venger. Et là je participerai à un monde de moins en moins en paix.