Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Témoignage : sorti de l'homosexualité - Page 4

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Gabriel - 43 ans - Belgique - créé le 02/07/2009 à 20h37
Gabriel
Hors ligne

Voici un très beau témoignage d'un québécois sauvé de l'homosexualité après plus de 30 ans. Comme quoi rien n'est impossible à Dieu si on le lui demande avec confiance et amour.

"Je vais vous raconter l'histoire de ma vie. Je souhaite qu'elle puisse aider d'autres personnes qui comme moi ont un jour trouvé l'amour de Dieu et ont choisi de vivre pour lui à tout prix, et ce, indépendamment de ce que Dieu leur demandait d'abandonner.

Mon histoire commence il y a environ 35 ans. Je suis né dans une famille typiquement Québécoise. Je suis le deuxième d'une famille de trois garçons. Mon enfance a été marquée par une vie de famille agréable ou les bonheurs succédaient les peines et ou le manque de moyen financier prenait une grande place. Par contre, mes parents ont toujours su nous donner tout ce dont nous avions besoin et même au-delà dans un contexte ou le manque d'argent était omniprésent. Étant très jeune, environ vers l'âge de 10 ans, j'ai eu quelques contactes sexuels avec des jeunes gerçons de mon âge. Au cours de ces activités, une chose m'inquiétait, c'était que j'aimais cela. Pour moi ce n'était pas un jeu sans conséquence car je sentais que dans mon esprit des sillons se traçaient. Par contre, ce que je ne savais pas à l'époque, ces que ces sillons allaient diriger tout le reste de ma vie. Ici, je dois dire que ces sentiments n'étaient qu'une résultante de ce que je vivais intérieurement, c'est à dire une blessure profonde en ce qui concerne mon identité propre. J'étais un garçon mais j'aimais les autres garçons.

Par la suite, je suis devenu adolescent et cette réalité me hantait de plus en plus. J'avais des amis mais personne à qui je pouvais parler de ce que je ressentais pour eux. J'ai donc vécu une adolescence plutôt perturbée. En fait, comme j'étais plutôt un beau garçon, j'avais des offres de la part des filles mais comme je ne ressentais rien pour elles, je devais tous faire pour éviter qu'elles s'accrochent à moi. Je préférais de beaucoup la présence de mes amis. Pour leur part, eux ne comprenaient pas pourquoi je ne voulais pas de ces filles, et je devais inventer toutes sortes de choses. Inévitablement, le moment est venu ou j'ai eu mes premiers rapports sexuels avec une fille. Cela s'est bien passé, mais je savais que je ne pouvais pas lui donner ce qu'elle attendait de moi. Cette femme avait commencé à étudier avec les témoins de Jéhovah et nous nous sommes donc laissé dans de bon terme.

Comme suite à cette expérience, j'ai choisi de partir vivre ma vraie vie. J'ai eu une éducation dans un milieu Catholique et je croyais en Dieu. Cependant, je savais dans mon fort intérieur que le style de vie homosexuel était contraire à ce que Dieu me demandait. À ce moment, j'ai décidé que puisque Dieu avait permis cela dans ma vie, et que malgré le fait que je priais, il ne répondait pas, j'ai décidé de cesser de le prier et de vivre ma vie comme bon me semblait. À ce moment, j'ai rencontré une femme dans mon milieu de travail qui fréquentait le milieu gai de ma ville. Je lui ai demandé de m'accompagné afin que je puisse y aller pour une première fois. C'est ce qui c'est passé. Une fois dans le milieu, je n'ai eu aucune peine à rencontrer des hommes avec qui j'ai eu des relations sexuelles. Après quelque temps de ce jeu, j'ai rencontré quelqu'un avec qui je suis tombé en amour. Nous sommes allés vivre ensemble et j'ai dit à ma famille et à mon entourage que j'étais gai et que je vivrais ma vie ainsi. Ma relation avec mon chum a rapidement tourné au vinaigre. Au cours de cette période, nous avons consommé beaucoup de drogue et nous sortions à tous les soirs dans les clubs et dans les bars. Ce que je croyais être la vraie vie, est devenu petit à petit un enfer. De plus, je réalisais qu'en moi il y avait une partie de moi qui étais morte et lorsque je tentais d'en parler, les gens me prenaient pour quelqu'un de dérangé. Je disais qu'en moi il y avait un cadavre que je trainait et que je ne savais quoi faire pour le faire vivre ou tout simplement m'en débarasser.

Lire la suite : cliquer ici

Anne03 - 71 ans - France métropolitaine - posté le 27/12/2012 à 22h06
Anne03
Hors ligne

Je ne suis pas du tout d'accord avec vous ! Pourquoi ceux (qui ont toujours existé de manière minoritaire) qui sont attirés vers un être du même sexe qu'eux, devraient-ils se détruire psychologiquement, souffrir et devenir, en refusant une partie primordiale d'eux-mêmes, aigris et méchants ? Ils ne sont pas responsables de leurs désirs (personne n'explique complètement les raisons de l'homosexualité ) et quand ils aiment quelqu'un pourquoi ne pourraient-ils pas exprimer à travers leurs corps leur amour ? Aucune position n'est convenable ou pas, c'est l'amour qui transcende l'acte sexuel ! De plus, si j'en crois ce que j'ai lu la position face à face dont vous parlez serait assez récente, par rapport à l'âge humain. J'ai lu également plusieurs articles de scientifiques reconnus qui admettent que l'homme descend de l'animal ! Votre Xavier Le Pichon n'est pas détenteur de la seule vérité ! Mais c'est vrai que l'Homme a en plus une conscience : mais ces réflexions n'ont pas de rapport avec l'homosexualité ... Simple remarque : dans les mythes à l'origine de la religion catholique, le frère procrée avec la soeur; la " Sainte Famille" est composée d'une femme enceinte d'un mystérieux géniteur d'un père adoptif ... Dernière précision : j'ai toujours eu une sexualité "normale".

Membre inconnu - posté le 05/01/2013 à 16h49
Désinscrit

Le problème avec l'acte homosexuel, même s'il est hors de question de juger la personne qui doit toujours être aimée et respectée, c'est qu'il ne peut avoir comme finalité l'ouverture à la vie. C'est une question de logique et de bon sens et je connais beaucoup d'homosexuels qui le reconnaissent eux mêmes et qui ne se reconnaissent d'ailleurs nullement dans ce projet de loi pour le mariage pour tous par exemple, dont le seul but est de faire basculer la société en confondant égalité et identité.

L'homme et la femme sont les seuls, qu'on le veuille ou non, à pouvoir en s'unissant créer la vie de façon naturelle. Il est très beau de voir 2 personnes s'aimer, qu'elles soient de 2 sexes différents ou du même sexe, mais on ne peut qu'admettre que seul l'amour entre un homme et une femme est fécond par nature. Dire le contraire ce serait mentir à la personne en lui faisant croire que parce qu'il y a de bons sentiments, ce qu'elle fait est tout à fait normal et même à encourager. Il arrive un moment où l'homme a besoin d'une parole de vérité même si cela est difficile à entendre, seule cette parole peut libérer. La personne homosexuelle réalisera alors en accueillant cette parole vraie, que même si beaucoup de personnes lui faisaient croire qu'elle ne se définissait que par rapport à son homosexualité, la réalité est totalement autre !

Quoi qu'il en soit je ne le répéterai jamais assez, car on se fait trop vite taxer d'homophobe dès qu'on essaie de s'écarter un peu trop de la pensée unique, chaque personne doit être acceptée et aimée qu'elle que soit ses actes ou ses tendances.

Lili02 - 24 ans - France métropolitaine - posté le 05/01/2013 à 16h56
Lili02
Hors ligne

Heaven a écrit : Le problème avec l'acte homosexuel, même s'il est hors de question de juger la personne qui doit toujours être aimée et respectée, c'est qu'il ne peut avoir comme finalité l'ouverture à la vie. C'est une question de logique et de bon sens et je connais beaucoup d'homosexuels qui le reconnaissent eux mêmes et qui ne se reconnaissent d'ailleurs nullement dans ce projet de loi pour le mariage pour tous par exemple, dont le seul but est de faire basculer la société en confondant égalité et identité.L'homme et la femme sont les seuls, qu'on le veuille ou non, à pouvoir en s'unissant créer la vie de façon naturelle. Il est très beau de voir 2 personnes s'aimer, qu'elles soient de 2 sexes différents ou du même sexe, mais on ne peut qu'admettre que seul l'amour entre un homme et une femme est fécond par nature. Dire le contraire ce serait mentir à la personne en lui faisant croire que parce qu'il y a de bons sentiments, ce qu'elle fait est tout à fait normal et même à encourager. Il arrive un moment où l'homme a besoin d'une parole de vérité même si cela est difficile à entendre, seule cette parole peut libérer. La personne homosexuelle réalisera alors en accueillant cette parole vraie, que même si beaucoup de personnes lui faisaient croire qu'elle ne se définissait que par rapport à son homosexualité, la réalité est totalement autre !Quoi qu'il en soit je ne le répéterai jamais assez, car on se fait trop vite taxer d'homophobe dès qu'on essaie de s'écarter un peu trop de la pensée unique, chaque personne doit être acceptée et aimée qu'elle que soit ses actes ou ses tendances.

Je suis tout a fait du cote des homosexuelle, et pour ce projet de loi "mariage homosexuelle" ils ont trop été "persecuter" pendant les années 1800/1900 et je trouve qu'on devrait les laisser vivre en paix !!

L'HOMOSEXUALITé N'EST PAS UNE MALADIE !!!

Membre inconnu - posté le 05/01/2013 à 17h52
Désinscrit

Lili02 a écrit : Je suis tout a fait du cote des homosexuelle, et pour ce projet de loi "mariage homosexuelle" ils ont trop été "persecuter" pendant les années 1800/1900 et je trouve qu'on devrait les laisser vivre en paix !!L'HOMOSEXUALITé N'EST PAS UNE MALADIE !!!

Je n'ai jamais dit cela !

Par rapport au projet de loi il faut aussi réfléchir aux enfants qui seraient adoptés par ces couples, qui certes pourront leur offrir beaucoup d'amour mais un enfant, et tout être humain, a aussi besoin de se situer dans une histoire, de savoir d'où il vient, qui sont ses véritables parents.

Lili que penserais tu si tes parents te disaient un jour que tu n'es pas leur véritable enfant et que tes vrais parents tu ne les connaitras jamais. Ne penses tu pas que ce serait une profonde injustice ?

Bien sur il existe de nombreux enfants qui ne connaissent pas leurs véritables parents, même en dehors de ce projet de loi. C'est terrible et une vrai injustice mais un mauvais coup du sort pour beaucoup, ou un drame (orphelins). Mais ce qui se passe en France c'est qu'on s'apprête à faire c'est ne plus chercher à solutionner ces injustices mais à les provoquer ! Faire que cette injustice des enfants grandissant loin de leurs véritables parents biologiques, soit considérée comme normale dans la conscience collective. C'est purement et simplement de la manipulation de la conscience sociale !

Ce n'est pas une loi qu'on vote à la légère, même s'il faut aimer toutes les personnes y compris celles ayant des tendances homosexuelles personne ne dit le contraire !

Je termine par un point important que je cite d'un débat à ce sujet et qui distingue le socialisme du libertarisme, chacun devrait méditer sur ces paroles :

###

Définition du socialisme : le socialisme est une conception de l'organisation sociale qui entend faire prévaloir le bien social sur les intérêts particuliers.

Définition du libertariste : c'est celui qui n'admet ni ne reconnaît aucune limitation de la liberté individuelle en matière sociale et politique.

Et c'est exactement en cela que consiste ce projet de loi. C'est une conception libertariste de l'organisation sociale. On part de la considération qu'il y a un certain nombre d'individus qui ont, en substance et sans jugement moral, des aspirations, un désir de se comporter et de vivre d'une certaine manière et à partir desquels il faut transformer l'organisation sociale.

Ce n'est pas le bien social qui est recherché par une organisation sociale ayant une certaine cohérence, en réalité c'est la liberté de comportement de certains individus, parce qu'ils ont des tendances, se comportent d'une certaine manière, qu'il veulent ériger en système institutionnel.

###

Membre inconnu - posté le 05/01/2013 à 18h03
Désinscrit

A lire, très intéressant !

Les statuts de mère et de père ont un impact dans l'intime de notre être. Il ne s'agit pas seulement d'un statut juridique. Ce sont des notions profondes et délicates qui nous structurent individuellement, dans le rapport aux autres, à la fois entre le père et la mère eux-mêmes, et dans la relation aux enfants et à la société dans son ensemble. Si François Hollande avait posé la question suivante : êtes-vous d'accord pour supprimer les mots père et mère du droit civil français et des codes qui régissent la famille, les Français s'y seraient opposés. Nos concitoyens n'ont pas compris que derrière le mariage des homosexuels, c'est la théorie du genre qui est insufflée dans la société française. Cette théorie qui vient des Etats-Unis estime qu'homme et femme sont interchangeables.

Un pays créateur et dynamique est un pays où le lien familial est riche, porteur et sécurisant. Le projet de loi remet en question la filiation au profit de la parentalité. Comment peut-on au détour d'une loi sur le mariage homosexuel remettre en cause la succession des générations pour un peuple ? Comment peut-on remettre en question le droit de l'adoption ? L'adoption a été faite pour que des enfants trouvent une famille, non pas pour promettre à des adultes d'avoir le droit à des enfants.

Ce projet de loi se proposerait de transformer en profondeur notre façon de vivre ensemble en essayant d'effacer de notre droit l'altérité entre hommes et femmes pour la remplacer par la théorie du genre. Il y a d'autres voies pour permettre aux couples homosexuels qui le désirent de solidifier leur union.

Membre inconnu - posté le 05/01/2013 à 18h10
Désinscrit
Lili02 - 24 ans - France métropolitaine - posté le 05/01/2013 à 18h22
Lili02
Hors ligne

Heaven a écrit : Je n'ai jamais dit cela !Par rapport au projet de loi il faut aussi réfléchir aux enfants qui seraient adoptés par ces couples, qui certes pourront leur offrir beaucoup d'amour mais un enfant, et tout être humain, a aussi besoin de se situer dans une histoire, de savoir d'où il vient, qui sont ses véritables parents.Lili que penserais tu si tes parents te disaient un jour que tu n'es pas leur véritable enfant et que tes vrais parents tu ne les connaitras jamais. Ne penses tu pas que ce serait une profonde injustice ?Bien sur il existe de nombreux enfants qui ne connaissent pas leurs véritables parents, même en dehors de ce projet de loi. C'est terrible et une vrai injustice mais un mauvais coup du sort pour beaucoup, ou un drame (orphelins). Mais ce qui se passe en France c'est qu'on s'apprête à faire c'est ne plus chercher à solutionner ces injustices mais à les provoquer ! Faire que cette injustice des enfants grandissant loin de leurs véritables parents biologiques, soit considérée comme normale dans la conscience collective. C'est purement et simplement de la manipulation de la conscience sociale !Ce n'est pas une loi qu'on vote à la légère, même s'il faut aimer toutes les personnes y compris celles ayant des tendances homosexuelles personne ne dit le contraire !Je termine par un point important que je cite d'un débat à ce sujet et qui distingue le socialisme du libertarisme, chacun devrait méditer sur ces paroles :###Définition du socialisme : le socialisme est une conception de l'organisation sociale qui entend faire prévaloir le bien social sur les intérêts particuliers.Définition du libertariste : c'est celui qui n'admet ni ne reconnaît aucune limitation de la liberté individuelle en matière sociale et politique.Et c'est exactement en cela que consiste ce projet de loi. C'est une conception libertariste de l'organisation sociale. On part de la considération qu'il y a un certain nombre d'individus qui ont, en substance et sans jugement moral, des aspirations, un désir de se comporter et de vivre d'une certaine manière et à partir desquels il faut transformer l'organisation sociale.Ce n'est pas le bien social qui est recherché par une organisation sociale ayant une certaine cohérence, en réalité c'est la liberté de comportement de certains individus, parce qu'ils ont des tendances, se comportent d'une certaine manière, qu'il veulent ériger en système institutionnel.###

et je n'ai jamais dit que tu ete contre !

Pierredoubs - 55 ans - France métropolitaine - posté le 22/01/2014 à 16h50
Pierredoubs
Hors ligne

Gabriel a écrit : Cet avis n'engage que moi et je ne juge nullement la personne homosexuelle.

en disant "sauvé de l'homosexualité... il y a un jugement!

Gabriel a écrit : Par exemple nous sommes la seule espèce a être capable d'aimer

comment peut-on être certain de ce fait?

Gabriel a écrit : l'homme a une différence de taille par rapport à l'animal, il est le seul a pouvoir faire l'amour en face à face !

Le bonobo également.

Gabriel a écrit : Aujourd'hui parce que la société dit "c'est naturel, c'est pas sale, c'est normal", on en conclut que ça l'est effectivement, on ne raisonne plus, ne pense plus, ne discerne plus...

Mais tu sembles déjà, dans le début de ton exposé, affirmer de nombreuses choses sans grand fondement. Réfléchis tu également? Ou appliques tu à la réalité le filtre de tes croyances qui, par nature, n'ont aucune existence sauf celle qu'on veut bien leur donner?

Guillaume.

Anne03 - 71 ans - France métropolitaine - posté le 26/01/2014 à 17h42
Anne03
Hors ligne

Je suis choquée par les termes de la rubrique être "sauvé" de l'homosexualité ...

Certains êtres, une minorité, pour des raisons complexes et peut-être multiples et que même les spécialistes n'arrivent pas totalement à expliquer sont attirés par un individu du même sexe qu'eux . Et alors, pourquoi n'auraient-ils pas le droit de vie leur sexualité et leur amour ? Pourquoi devraient-ils réfréner leurs élans naturels dans la mesure où ils sont entre adultes consentants , ne faisant de mal à personne ? Refouler ses véritables attirances au prix d'efforts inutiles ne peut pas rendre heureux et lorsqu'on est frustré ne devient-on pas méchant ?

A supposé qu'il y ait un dieu qui se soit révélé qu'et-ce que cela peut bien lui faire qu'un certain nombre d'êtres ne s'aiment pas de la même façon ?...

On voit bien que les hommes créent leurs dieux à leur image : intolérants et méchants !

Le témoignage de l'homosexuel repenti m'a paru pathétique .